Santé : les bons conseils de Dr Bourouré Diallo sur les maladies vasculaires de la grossesse.

4 months ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Selon les spécialistes, la majorité des femmes qui souffrent d’insuffisance cardiaque avant et pendant la grossesse, courent un risque très élevé de troubles graves. Avant toute grossesse, conseille un médecin, ces femmes doivent consulter leur médecin, afin de s’assurer qu'elles soient traitées aussi efficacement que possible. 


Interrogé sur le sujet par un reporter de guineeTimes.com, Dr Alpha Oumar Bourouré Diallo médecin au service de cardiologie de l'hôpital Ignace Deen souligne que,

 << le taux de mortalité est 100 fois supérieur à la normale chez les femmes enceintes souffrant de maladies cardiovasculaires. Une fois atteinte de cette maladie cardiopathie avec toutes les contraintes liées à la grossesse, cela peut entraîner ce qu'on appelle une décomposition cardiaque. Il ne faut pas oublier les anomalies constitutionnelles de l'hémostase, qui peuvent se révéler en cours de grossesse par une phlébite ou une embolie pulmonaire, les valvulopaths>>, a-t-il clarifié. 


Cette pathologie préexistante chez la femme enceinte, reste de nos jour la première cause de mortalité durant la grossesse en général. Ce cardiologue, conseil à cette occasion des contrôles fréquents:

<<Lors d'une grossesse, il y a ce qu'on appelle la modification hémodynamique. C'est pourquoi, il faut éviter une prise de poids excessive, éviter le stress ou le gérer, se reposer suffisamment. Oublier également le tabac, manger équilibré, bouger...>> conseil le Dr Alpha Oumar Bourouré Diallo. 



Selon l’Organisation mondiale de la Santé, 585 000 femmes décèdent chaque année dans le monde d’une cause liée à la grossesse ; 99 % d’entre elles sont issues des pays en voie de développement. En 1987, la première Conférence internationale sur la Maternité sans Risque sensibilisait la communauté internationale à ce drame. Depuis, la mortalité maternelle et ses causes médicales sont mieux connues.

Le ratio de mortalité maternelle en Afrique de l’Ouest est estimé à 1 020 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes alors qu’il est de 27/100 000 pour l’ensemble des pays industrialisés. Les causes obstétricales directes sont responsables de 80 % des décès : hémorragie, infection, dystocie, hypertension et avortements provoqués. Les décès de cause médicale indirecte sont dus essentiellement à l’anémie, au paludisme, à l’hépatite virale et au VIH. La morbidité maternelle grave est 6 à 10 fois plus fréquente et conduit non seulement à la mort mais au handicap dont certains aboutissent au rejet social de la femme. Pourtant, l’OMS estime que 95 % de ces décès et handicaps sont évitables, de plus à un coût modéré.

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap