Trafic international de stupéfiants : de lourdes peines requises contre cinq Sierra-léonais

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Dans cette procédure, les Sierra-léonais Hassan Maria CONTEH, Vandy KAMARA, El Hadj BANGOURA, Djuma BARRIE et Simon DELAMOU sont jugés par devant le tribunal criminel de Kaloum pour des faits présumés de détention et de transport international de stupéfiants. 

 Lors des plaidoiries et réquisitoire qui ont eu lieu ce lundi 6 mai 2024, le parquet a requis cinq ans de détention criminelle contre eux et une amende qui vaut trois fois la valeur vénale de la substance saisie. Il a également requis 20 ans de réclusion criminelle et demandé qu’un mandat d’arrêt soit décerné contre six autres complices.

 L’avocat de l’Agent judiciaire de l’Etat, lui, a demandé une réparation à hauteur de 10 milliards de francs guinéens. Mis sous mandat de dépôt le 03 juillet 2022, ces accusés constituent l’équipage d’un navire arraisonné le 27 juin 2022 par les unités de la gendarmerie maritime. Ledit navire dénommé « Amer Bean » avait à son bord 2 318 plaquettes, soit 20 600 kg de cocaïne dissimulées dans un compartiment difficile d’accès pour un étranger. Selon le ministère public, ce navire a quitté Freetown pour Conakry, plus précisément pour le port de Boulbinet. Mais, il sera arraisonné à 10 km du port de Boffa. L’instruction a révélé que c’était une drogue à haut risque.

 À la barre, les accusés ont réfuté les faits mis à leur charge. Ils disent ne pas savoir le continu du navire. Ils seraient juste chargés de conduire le bateau à Boulbinet où ils allaient signer des contrats de travail. Cependant, il a été acquis aux débats, qu’un certain Kerfala Pastoryah Camara serait le propriétaire du navire (le document du navire porte son nom). Et, les nommés Abdoulaye Cissé, Abdoulaye Bangoura, John et Moustapha ont procédé au recrutement de l’équipage. Mais, ces six autres n’ont comparu ni à l’enquête préliminaire, ni à la barre. Pourtant, il ressort des débats que leur rôle a été déterminant dans la commission de ces infractions. 

À lire aussi

lundi, 06 mai 2024 à 17h:17

 Dans son réquisitoire, le ministère public a déclaré que les faits sont constants et tous les éléments sont réunis pour entrer en condamnation. Par conséquent, il requiert de les retenir dans les liens de la culpabilité. Pour la répression, de les condamner à 5 ans de détention criminelle et a une amende qui vaut trois fois la valeur vénale de la substance saisie. Il a également demandé de condamner Trésor, Kerfala Pastoryah Camara, Abdoulaye Bangoura, Abdoul Cissé, John et Moustapha, à 20 ans de réclusion criminelle pour complicité et de décerner mandat d’arrêt contre eux. Aussi, il a demandé leur condamnation à une amende égale à trois fois la valeur vénale de la cocaïne.

 Pour la défense, le ministère public était dans une situation de doute parce qu’il lui fallait chercher des éléments pour requérir[…]. Par conséquent, a plaidé l’avocat de la défense, « si vous estimez que mes clients ont agi en connaissance de cause, et que les faits qui sont portés devant vous, vous ont donné des indices qui ont fait asseoir votre conviction, faites appliquer la loi ». Et de poursuivre : « mais, monsieur le président, si vous doutez une seule fois, si vous n’avez pas les éléments probants pour entrer en condamnation, je vous prie d’épargner la liberté de ces personnes qui ont déjà fait deux ans en prison. Ils se sont retrouvés au mauvais moment et au mauvais endroit, alors que les véritables coupables sont dans la nature ».

 Après ces plaidoiries et réquisitoire, le juge Ousmane Sylla a renvoyé l’affaire au 20 mai pour décision être rendue.

Articles similaires

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap