Sénégal: une marche pour maintenir la pression pour le respect du calendrier électoral

3 months ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Au Sénégal, une marche a été autorisée, ce samedi 17 février, à Dakar, organisée par le collectif citoyen « Aar Sunu Election », ce qui veut dire « Protégeons notre élection). Quelques milliers de personnes ont répondu à l’appel de la plateforme pour réclamer « le respect du calendrier électoral ».


Le Conseil constitutionnel a annulé le report de l’élection présidentielle du 25 février mais les Sages constatent que cette date ne pourra pas être tenue, sans fixer un nouveau calendrier. Pour les citoyens rassemblés, ce samedi, il faut rester mobilisés.


Des femmes, des hommes, des enfants ont ainsi marché sous un soleil de plomb…beaucoup portaient des écharpes aux couleurs du Sénégal et des Tshirt marqués « Aar Sunu election ».


« Je me sens trop fier d’être Sénégalais parce que là, je vois que le peuple est debout comme un seul homme, rien que pour le respect de la démocratie et du calendrier électoral », dit Bounia Ndiaye.

Malgré la décision du Conseil constitutionnel, les manifestants disent rester vigilants : « On veut maintenir la pression pour qu’il y ait des élections dans les plus brefs délais, avant le 2 avril, in sha Allah. »

Le 2 avril, c’est la date de l’expiration du mandat du président Macky Sall. Organiser l’élection avant, c’est court mais c’est possible selon Malick Diop représentant d’Aar Sunu Election : « Si on veut, si les partis politiques dépassent leur ego, raccourcir la campagne, c’est faisable. »


Les gendarmes encadrent la marche, autorisée contrairement aux précédentes manifestations : « Nous sommes restés dans une révolte, depuis pas mal de temps. Aujourd’hui, on a eu l’occasion de l’exprimer. »

Parmi les slogans, « non au coup d’Etat constitutionnel », « Terminus 2 avril », ou encore « libérez Ousmane Sonko », l’opposant emprisonné


À l’heure de la fin prévue de la mobilisation, les marcheurs se sont dispersés dans le calme, en attendant une date pour l’élection.


“Pour nous, il y a encore une dernière étape, c’est que le président puisse rapidement prendre les actes pour convoquer le collège électoral et que l’on puisse tenir les élections avant le 2 [avril] parce que nous considérons que le 2 avril est la date buttoir et que le président de la République, Macky Sall, devra, le 2 avril, faire passation de service au nouveau président élu.


rfi.fr 

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap