Report de l'élection présidentielle au Sénégal : des manifestants de nouveau dans les rues de Dakar

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Des tensions ont eu lieu ce vendredi 9 février à Dakar, la capitale. De nouveaux heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre. Cet appel à manifester contre le report de la présidentielle, semble spontané. 14 candidats à la présidentielle ont saisi ce vendredi la Cour suprême pour demander l’annulation du décret présidentiel sur le report de l’élection.


La place de la Nation où était annoncé le rassemblement est bouclée. Barrières, pick-ups et blindés… Un important dispositif policier est déployé, donc impossible d’approcher cette place. Et c’est aux abords que des heurts ont éclatés dans les rues adjacentes, notamment dans les quartiers de Colobane et de Médina avec des tirs de gaz lacrymogène des forces de l’ordre, d’un côté, des jeunes avec des pierres, des pneus brûlés, de l’autre, a Dakar.


Des jeunes qui se disent en colère et très déterminés, qui réclament le droit à manifester. Ce sont des groupes mobiles, on ne peut pas à proprement parler de rassemblement. « Macky Sall nous a trahis, Macky Sall nous a menti », disait l’un d’eux avec un masque sur les yeux et le drapeau aux couleurs du Sénégal, vert, jaune, rouge sur le dos. « Macky Sall, dictateur », lançait un autre. Certains disent aussi regretter l’absence de leaders de l’opposition sur le terrain.


Cet appel à la manifestation cet après-midi semble spontané. Il a largement circulé sur les réseaux sociaux, mais il n’a pas été formellement lancé par un parti ou une organisation.


Là, des fumées noires s’élèvent aux abords de la place de la Nation. Plusieurs rues sont bloquées, de nombreux commerces ont baissé le rideau et la situation reste assez volatile. Des journalistes ont également été pris à partie par les forces de l’ordre et la situation reste très tendue à Dakar.


Ce vendredi, 14 candidats à l’élection qui était prévue le 25 février viennent de déposer un recours devant la Cour suprême pour demander l’annulation du décret du président Macky Sall sur le report de l’élection. « Un décret illégal », selon eux.


Mobilisation dans la rue, mais aussi sur le front juridique. Quatorze candidats à la présidentielle ont déposé un recours en annulation du décret du président Macky Sall sur le report de l’élection présidentielle. Ils le jugent illégal, car il outrepasse selon eux les pouvoirs du président de la République. L’objectif, c’est donc que la Cour suprême l’annule.


« On espère un dernier sursaut de la justice pour se réconcilier avec la population », a commenté le candidat Habib Sy, qui fait partie des 14 opposants à avoir saisi la Cour.


Le problème, c’est que la Cour suprême n’a pas de délai pour statuer. Pour accélérer la cadence, les candidats vont donc initier une procédure d’urgence lundi 12 février, car une course contre-la-montre s’est engagée, vu que la date prévue de la présidentielle avait été fixée au 25 février.


En parallèle, le Conseil constitutionnel a été saisi hier par une cinquantaine de députés de l’opposition contre la loi votée lundi à l’Assemblée nationale et qui reporte la présidentielle au 15 décembre. Ces élus estiment que le texte viole la Constitution et notamment les articles qui verrouillent le nombre et la durée du mandat du président.


Toute la question est de savoir désormais si le Conseil Constitutionnel est compétent pour se prononcer sur cette loi. Au Sénégal, l’avenir du pays est entre les mains du Conseil constitutionnel et de la Cour suprême, estiment ces opposants.


De son côté, le collectif « Protégeons notre élection » avait appelé à ce que les fidèles musulmans s’habillent en blanc pour la grande prière du vendredi en signe de protestation par rapport au report de la présidentielle au 15 décembre prochain. Un appel relativement suivi dans une mosquée du centre-ville tout près de la résidence du président Macky Sall.


Source : rfi

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap