Présidentielle aux Comores: Azali Assoumani déclaré vainqueur au premier tour

2 months ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Le président sortant Azali Assoumani a été déclaré ce mardi 16 janvier vainqueur dès le premier tour de l’élection présidentielle aux Comores avec 62,97% des voix, a annoncé dans la soirée le président de la commission électorale (Céni), Idrissa Said Ben Ahmada.

L’ancien militaire putschiste, qui va ainsi rempiler pour un troisième mandat consécutif, a obtenu ce qu’il voulait en étant élu dès le premier tour avec officiellement 33 209 voix, soit 62,97% des suffrages exprimés.

Le second chiffre notable de cette élection est celui de la participation : seulement 16,30%, pointe notre confrère basé à Moroni, David Baché. Un chiffre très faible, d’autant plus faible et d’autant plus étrange que la Céni avait indiqué dès dimanche soir une première estimation de plus de 60%. Pour l’ensemble des élections des gouverneurs dans les trois îles, le nombre d’électeurs dépasse les 189 000, tandis que pour l’élection présidentielle qui s’est déroulée le même jour, le nombre de votants n’est que de 55 258 selon la Céni.

Après ces annonces, les candidats d’opposition sont restés silencieux, aucune déclaration. Stupeur ? Concertation? Division ? En charge de la stratégie politique du parti, l’ancien ministre des Affaires étrangères Maître Ibrahim Mzimba, passé dans l’opposition, dénonce « l’incohérence et la contradiction des chiffres annoncés ».

Il faut rappeler qu’une frange de l’opposition avait appelé au boycott. De nombreux Comoriens expliquaient aussi, sans nécessairement vouloir suivre cet appel précisément, ne pas croire dans un processus électoral qu’ils estimaient jouer d’avance. Ce matin, les observateurs internationaux de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et de l’Union africaine (UA) notamment, ont déclaré qu’ils jugeaient que le scrutin s’était globalement déroulé de manière libre et transparente. Cette affirmation est scandaleuse pour les cinq candidats d’opposition qui avaient dénoncé de manière conjointe dès dimanche soir, avant même la fin du vote, des fraudes et des bourrages d’urnes.

En tout état de cause, ce soir, Azali Assoumani peut célébrer sa victoire au pouvoir depuis 2016. Il le restera jusqu’en 2029. Le président sortant comorien a appelé à la préservation de l’unité et l’opposition au « fair-play » depuis le siège de sa mouvance politique dans la capitale : « Mes concurrents doivent suivre les voies légales, il faut qu’ils soient fair-play. »

L’opposition a déjà indiqué son intention de saisir la chambre électorale afin de « mettre fin à cette mascarade qui viole le choix souverain des Comoriens ». Sans grand espoir, la Cour suprême étant considérée par les opposants comme inféodée au pouvoir.


Avec rfi.fr

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap