Voici pourquoi les avocats ont conseillé Ousmane Gaoual et ses co-accusés à se livrer à la justice

1 week ago 31

Accueil » Voici pourquoi les avocats ont conseillé Ousmane Gaoual et ses co-accusés à se livrer à la justice

Le collectif des avocats qui défend les responsables de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), leurs alliés de l’Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie (ANAD) et leurs partisans arrêtés après les violences post-électorales de fin octobre dernier était devant la presse ce jeudi 19 novembre 2020 à Conakry. A cette occasion, le collectif composé d’une dizaine d’avocats a révélé pourquoi les responsables de l’UFDG et de l’ANAD qui étaient « activement recherchés » par le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Dixinn, Sidy Souleymane N’Diaye, ont décidé de se rendre de leur propre gré aux enquêteurs de la police judiciaire.

Selon Me Modibo Camara, porte-parole du collectif des avocats de la défense des opposants au régime du président Alpha Condé pour la circonstance, c’est quand Ibrahima Chérif Bah, vice-président de l’UFDG en charge des relations extérieures, « a été enlevé à son domicile » pour être conduit à la Direction centrale de la police judiciaire (DPJ) que les autres leaders politiques ont décidé de se livrer. « Pour éviter d’exposer Ousmane Gaoaul Diallo, Étienne Soropogui, Mamadou Cellou Baldé et Abdoulaye Bah aux brutalités auxquelles se livrent généralement les forces de sécurité lors des interpellations des citoyens, le collectif des avocats de la défense a demandé et a obtenu de la direction centrale de la police judiciaire, l’établissement des convocations en bonne et due forme à charge pour lui de présenter les personnes concernées », a-t-il expliqué.

Accusés des infractions de « fabrication, acquisition, stockage, détention, usage d’armes de guerres ; de détention de munitions, de menaces et d’associations de malfaiteurs », ces proches collaborateurs de Cellou Dalein Diallo, principal adversaire du président Alpha Condé, ont été déférés au tribunal de Dixinn où ils ont été inculpés et placés sous mandat de dépôt à la maison centrale où ils attendent désormais la suite de procédure que leurs avocats qualifient de « politico-judiciaire ».

Hawa Bah

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap