Urgent-Khalife, Kountigui, Sotikémo : les députés votent une importante résolution ce mercredi…

1 week ago 25

Elhadj Sékhouna Soumah, kountigui de la Basse Guinée et Elhadj Ousmane sans Loi Baldé, président de la coordination Haali poular Elhadj Sékhouna Soumah, kountigui de la Basse Guinée et Elhadj Ousmane sans Loi Baldé, président de la coordination Haali poular

CONAKRY-Une importante résolution va être votée ce mercredi 6 janvier 2021 à l'Assemblée Nationale. Ladite résolution concerne les coordinations régionales et préfectorales, dont le rôle et l'action, agacent manifestement les pouvoirs Exécutif et Législatif.  

Interrogé par Africaguinee.com, un député a confié que le vote se fera à partir de 14h, heure de Conakry. "Les atrocités survenues à Macenta ont interpelé les députés. C'est pourquoi, nous nous sommes dit qu'il faut faire une résolution concernant ces structures. Parce que les coordinations régionales, préfectorales sont en train d'outrepasser leurs prérogatives. Donc, c'est un certain nombre de recommandations et d'interdictions que nous voulons faire tant au président de la République, qu'au ministre de l'administration du territoire et de la décentralisation, tutelle de ces structures", a confié ce parlementaire.

Lire aussi-Khalife, patriarche et cie : "il revient à l'Etat de les remettre à leur place…", selon Damaro

En Guinée, les coordinations régionales ont une grande influence sur la politique. C'est pourquoi la bataille pour leur contrôle fait rage dans certaines régions du pays. Au lendemain des atrocités ethniques de Macenta, le président de l'Assemblée Nationale, Amadou Damaro Camara a pointé du doigt les coordinations régionales, avant d'appeler l'Etat à s'occuper d'elles. 

"(…) Le mot khalife, le mot patriarche, sont des nouveaux mots qui viennent d'apparaitre dans nos sociétés qui, aujourd'hui supplantent les structures de l'Etat et pratiquement foulent au pied l'autorité de l'Etat. Il reviendra à l'Etat en son temps, que je souhaite le plutôt que possible, de prendre ces structures en charge et les remettre à la place qu'elles méritent", a martelé récemment le chef du Parlement guinéen alors qu'avant le CHEF de l'Etat en personne s'était attaqué aux mêmes coordinations.  

"La loi s’appliquera à tout le monde, nous n’hésiterons pas, même si vous êtes membres d’une coordination régionale, si vous incitez à la révolte, vous serez arrêtés. Il faut que je prévienne : les coordinations existent, mais ne sont pas reconnues par la loi. C’est le président qui travaille avec eux de façon coutumière. Il ne faut qu’ils pensent qu’ils ont tout le pouvoir. Nous les suivons. S’ils font des déclarations et qu’il y ait des dégâts après, ils verront qu’ils ne sont pas au-dessus de la loi. Monsieur le Premier ministre, Messieurs les ministres, je vous prie de bien informer tout le monde, parce que personne ne viendra me voir pour dire ‘‘pourquoi telle personne est-elle arrêtée", a averti le 05 décembre dernier le président Alpha Condé.

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap