Troisième vague coronavirus : des flambées enregistrées à Forékariah, Mamou et Katougouma (ANSS)

1 week ago 18

La Guinée n’est pas à l’abri de la troisième vague du coronavirus qui sévit déjà dans le monde, touchant même certains pays limitrophes. Le Directeur Général de l’ANSS (Agence nationale de la sécurité sanitaire)  l’a annoncé, avec  une esquisse des mesures de ripostes, ce mercredi 14 juillet 2021, lors de l’assemblée générale de la Chambre des mines.

Dans son intervention, Dr sakoba Keîta déclare que «Malgré toutes ces vaccinations et les mesures que nous avons prises, la Guinée reste menacée par la survenue des variants qui sont en train d’endeuiller plusieurs pays. A date, je suis obligé de vous annoncer que nous avons 3 dont le variant Alfa qui est en Guinée depuis le mois de mars de cette année. Et il y a à peine 72 heures que nous venons de découvrir deux nouveaux variants Delta et Béta », informe-t-il. Et d’ajouter que «ceci explique même le début de la troisième vague en République de Guinée».

Plus loin, l’épidémiologiste informe de la tenue ce mercredi même, «d’une réunion pour faire face aux nouveaux variants ». Précisant que «nous avons enregistré des flambées à Forécariah, dans une société aussi à Mamou où nous avons enregistré des cas de décès, et à Katougouma ici à Boké ». Précisant que «nous suspectons que les nouveaux variants soient à la base de cette recrudescence en Guinée car nous avons constaté une augmentation de notre taux de positivité qui, de 2%, il y a trois semaines, est monté à 4 à 5% ces jours-ci ».

Sans oublier, toujours selon le spécialiste, que «nous avons des pays voisins qui avaient moins de 10 cas par jour et qui sont montés à 400 cas. Nous avons trois pays limitrophes où ces variants là sévissent. En plus, sur la liste des pays qui présentent des variants, pour delta qui est la plus infectante actuellement, il y a plus de 80 pays dans le monde qui ont notifié ce variant…»

Mais avant, Dr Sakoba confie qu’il y a « les mesures qui sont en train d’être prises, pour faire face à cette poussée ». Parmi elles, «le contrôle au niveau des points d’entrée (qui) va se renforcer. Nous allons exiger le pass vaccinal pour donner notre accord pour l’obtention des visas en République de Guinée, surtout dans les pays où le variant est très actif. Et même pour sortir de Conakry, désormais, il faudra le pass vaccinal. Toutes les grandes villes, au niveau de nos points d’entrée, nous allons exiger à partir du mois d’août, le pass vaccinal ».

Des mesures dont les conséquences peuvent être anticipées pour permettre au secteur minier de maintenir et renforcer sa résilience pour le bien de l’économie du pays. Ce qui passe par la vaccination dont un plan a été dévoilé par le directeur de l’ANSS qui table sur «60% de personnes vaccinées en Guinée d’ici fin 1er trimestre 2021. Des objectifs qui ont changé avec la survenue des nouveaux variants, pour atteindre 55% d’ici le 31 décembre 2021 ».

Une projection qui ne doit pas laisser le secteur minier en reste. C’est pourquoi, il recommande à la chambre des mines qu’il félicite pour l’appui dans la lutte contre la covid-19 et récemment Ebola, que «tous les experts qui arrivent dans le secteur miniers soient vaccinés, avec au moins une dose d’un des 8 vaccins agréés en Guinée».

En réaction à ce tableau jugé alarmant par certains dans l’assistance, le ministre des Mines qui a présidé la cérémonie le met au compte d’une priorité du président Condé dans la lutte contre le Coronavirus.

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap