Tribune : « Chantage, cybercriminalité, escroquerie... sont les nouvelles formes d'arnaque à l'encontre de personnalités du pays qui séduisent respect et considération. » par Malick SANGUIANA Camara

3 months ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

   À la base ce sont des femmes qui sont pointées du doigt. De façon consensuelle elles acceptent de mener des aventures amoureuses avec l'homme qui s'est pointé devant elles ou même le contraire peut se produire. C'est-à-dire qu'elles forcent la situation pour croiser le chemin avec celui qu'elles veulent avoir au bout de leurs pagnes. Dans leur ligne de mire, des personnalités, oui ! des personnalités ! Dieu seul sait, ces personnalités (les hommes) n'arrivent pas souvent à éviter les pièges tendus. Lorsque l'aventure démarre, c'est en ce moment qu'elles (femmes) mettent en œuvre leurs plans machiavéliques pour nuire, détruire, abattre celui avec qui elles sont en amourette.  

         Comment ça se passe ?

A l'occasion des rendez-vous 100% amour (ebat s*x*l)soit dans un motel, dans un hôtel ou à un domicile privé, au pays ou à l'extérieur, chacun des partenaires ne réssent que de la sensation , du plaisir... En tout cas tout sauf le stress à cet instant.  

Attention une partie en ce moment cache son plan. C'est la ''femme". Après les choses sérieuses et pendant que l'homme est prêt à prendre sa douche après pour se dire au revoir, c'est à l'instant même que le partenaire exécute son plan. Filmer son partenaire sans qu'il ne le sache alors qu'il est en poil . C'est cette vidéo qu'elle gardera dans son smartphone pour en faire son objet de ménace. À chaque fois qu'elle aura besoin d'argent, voilà ce qu 'elle va brandir pour soutirer de l'argent à cette personnalité. <<...Si tu ne me donnes pas telle somme, je vais balancer tes images sur les réseaux sociaux et tu vas perdre ton poste...>>

    La complicité de certains blogueurs

Ces dames sataniques lorsque leurs partenaires n'exécutent pas à la lettre ce qu'elles démendent, elles passent automatiquement à la vitesse supérieure. Et là, elles sollicitent le concours des blogueurs pour opérer ce qu'elles appellent "Une affaire" gagnant-gagnant sur les réseaux sociaux. C'est là où commence le chantage, l'escroquerie, la diffamation, les menaces... Le seul, objectif nuisible pour se faire de l'argent. Une fois que les images se sont retrouvées sur la place publique, chacun y va de son commentaire oubliant qu'on n'est pas tous exposés au phénomène. Nous sommes à l'ère du numérique. La possibilité de monter des images en toute pièce n'est plus de la mer à boire. Il suffit de maîtriser les logiciels : photoshop, Adobepremièrepro, filmora...

Bon nombre de nos cadres et hommes d'affaire ont été victimes de cette pratique. Il faut que ça cesse !

Ils ne conviennent pas à l'humiliation. Que les coupables de cette honte pratique pensent tant soit peu à la famille, à la belle famille, à l'avenir et au devenir de leur cible avant d'agir. L'on se rappelle encore des derniers cas arrivés à certains hauts dignitaires du régime du pays dont je me réserve de citer les noms pour le respect de leur intimité. Ces cas prouvent que personne n'est à l'abri. 

Dans ces histoires comme ce sont des hommes, des pères de famille qui y sont au coeur. Les défenseurs des droits des femmes autrement celles qui se font appeler "féministes" donnent leur langue au chat. Dommage !!

Que les victimes (hommes) avaient le courage de dénoncer sous couvert des lois en vigueur !

Cette forme de chantage est prévue et sanctionnée par la Loi N°L/2016/037/AN relative à la cyber-sécurité et la protection des données à caractère personnel en République de Guinée le 2 juin 2016. La loi a été rédigée par l Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPT) qui relève du ministère des télécommunications et de l'économie numérique.

Article 17 : de cette disposition réprime la « détention frauduleuse d'un équipement de télécommunications à se connecter sur un réseau ouvert au public ou un réseau privé ». La généralité du terme "équipement de télécommunications" peut laisser craindre que l'utilisation de logiciels de type VPN (Réseau Privé Virtuel), utilisé par ceux qui souhaitent légalement protéger leurs données de navigation et leur identité en ligne, pourrait être concernée ;

Article 31 : réprime « la production, la diffusion, la mise à disposition d'autrui de données de nature à troubler l'ordre ou la sécurité publique, ou à porter atteinte à la dignité humaine par le biais d'un système informatique ». 

Le système est démasqué et désormais connu du grand public. Les professionnelles de s*x* qui errent de ville en ville, de pays en pays, de continent en continent en complicités avec des blogueurs halte à vos manœuvres sataniques, sinon vous trouverez sur votre chemin la rigueur de la loi.

Par MALICK SANGUIANA CAMARA JOURNALISTE

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap