Transition en Guinée : un collectif d’organisation de jeunes demande l’inclusivité 

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

En vue de participer activement à la transition en cours, des organisations de jeunes, une quarantaine, se sont retrouvées pour former un collectif. Lors d’une conférence tenue ce 14 octobre à Kipé, dans la commune de Ratoma (Conakry), Aboubacar Sidiki Kaba, porte-parole du collectif des acteurs pour une transition réussie, apaisée et inclusive, à demandé les Guinéens à l’union.

Dans son intervention, il est tout d’abord revenu sur la situation du pays avant le coup d’État du 5 septembre 2021, avant d’indiquer que la transition est une étape pour corriger les différents manquements : « Nous avons connu des situations d’injustice dans ce pays. Nous avons connu des amalgames liés à l’évolution sociopolitique de notre pays. Nous avons l’essentialisation, la catégorisation et le sectarisme politique qui a gangréné notre société. Nous savons que l’Administration était gangrénée par une sorte de politisation. Et nous savons qu’une occasion unique nous est offerte pour palier à tous ces manquements que nous avons connus par le passé. C’est la raison pour laquelle qu’au niveau du collectif des acteurs pour une transition réussie, apaisée et inclusive, nous nous sommes dit qu’au-delà de toute dénonciation stérile, nous avons le devoir de nous engager à la construction démocratique, à la solidification et à la  consolidation des acquis démocratiques. »

Plus loin, Aboubacar Sidiki Camara insiste sur le fait que que les Guinéens doivent se donner la main pour avancer : « Après des années d’indépendance, nous disons que le peuple de Guinée mérite le meilleur qu’on puisse lui offrir. Nous disons que notre avenir se dessine à partir de cette phase historique mais combien importante pour la République et pour les générations à venir. Nous voulons que le peuple de Guinée, qui a connu l’erreur par le passé à se disperser, se retrouve, discute par rapport à son propre avenir et met en  place des actions qui puissent garantir cet avenir. Nous estimons que chaque entité de la République a son rôle à jouer. « 

Ce collectif est déjà ses antennes dans 22 préfectures sur les 33 que dispose la Guinée,  a fait savoir un membre de l’organisation. Il s’est également impliqué, dit-il, dans l’organisation des festivités de l’indépendance nationale le 2 octobre dernier à Labé, Pita, Mandiana, Faranah.

Lire vidéo :

https://youtu.be/7a-2y8XOW8g

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap