Transition en Guinée : les partis politiques de l’ANAD et le CNRD commencent à s’opposer

2 weeks ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Au cours d’une plénière tenue ce vendredi les acteurs politiques réunis au sein de l’Alliance Nationale pour l’Alternance Démocratique ont manifesté leur volonté d’approuver l’arbitrage d’un émissaire de la CEDEAO, dans la transition guinéenne. Du soutien de l’ANAD aux nouvelles autorités, de la mise en place du CNT, de la mission de la CEDEAO, et la récupération des domaines de l’Etat, étaient sur table.

guineetimes.com vous propose les décisions prises lors de la rencontre :

1.     Du soutien de l’ANAD aux nouvelles autorités suite à la mise en place du gouvernement de la transition. La plénière de l’ANAD maintient sa position de soutien aux nouvelles autorités pour une transition réussie dans un délai raisonnable (15 mois). Cependant, l’ANAD s’inquiète de l’absence prolongée de dialogue dans la conduite de la transition. Ce manque de dialogue s’est fait sentir dans l’adoption de la charte et la mise en place du gouvernement de la transition. Par conséquent, l’ANAD se doit de poursuivre sa démarche pour trouver un créneau de dialogue avec le CNRD et le gouvernement pour régulièrement rapprocher d’avantage les positions.

2.     De la mise en place du CNT comme organe législatif de la transition représentant la majorité des guinéens. L’ANAD déplore le nombre 15 de places accordées aux partis politiques sur un total de 81. Elle constate l’impossibilité de répartir 15 places entre 181 partis politiques agrées sur la base du principe que tous les partis politiques sont égaux (principe rappelé aux partis politiques le 10 Novembre 2021 au palais du peuple par le Secrétaire général du ministère de l’administration du territoire). Par conséquent, la plénière mandate le Président de l’ANAD à adresser un courrier au ministère de l’administration du territoire par rapport à l’augmentation du nombre de place accordé aux partis politiques et la clé de répartition des places après avoir consulté les formations politiques qui avaient acceptés d’harmoniser leur position avec l’ANAD lors de la rédaction de nos mémorandums respectifs.

3.     De la question de la médiation proposée par le sommet de la CEDEAO tenu le 7 Novembre 2021. Bien que l’intervention militaire salutaire du 5 Septembre 2021 et les actions posées par le CNRD soient une étape décisive pour le retour à l’ordre constitutionnel et un pas important de la résolution de la crise politique d’avant le 5 Septembre 2021, l’ANAD trouve nécessaire la désignation d’un émissaire international « crédible » et « dédié » á la cause Guinée .Cette désignation en concertation avec les autorités guinéennes est nécessaire pour d’une part la prévention d’éventuelles crises qui pourraient venir de l’aggravation des désaccords dus au manque de dialogue constaté entre les nouvelles autorités et les forces vives et d’autre part rassurer les partenaires techniques et financiers.

4.     De la récupération des domaines de l’Etat par le ministère de l’Urbanisme, de l’Habit et de l’Aménagement du territoire à travers la Direction Nationale du Patrimoine Bâti et non Bâti Public. L’ANAD ne s’oppose pas à la démarche de la récupération des domaines publics et privés de l’Etat par la résiliation de contrats de bail ou par décision d’expropriation. Cependant, l’ANAD exige que la procédure obéisse au respect scrupuleux des textes et lois en la matière en République de Guinée.

ISK, guineetimes.com 

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap