TPI de Dixinn : une Chinoise accusée d’avoir violenté un avocat

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Madame Wang Shenzen a comparu, ce lundi 19 septembre 2022, devant le parquet du Tribunal de première instance de Dixin pour avoir porté des coups blessures injures et menaces sur Me Youssouf Camara.

Lors des débats, c’est le plaignant Me Youssouf Camara qui a d’abord donné sa version des faits.

« J’ai été informé que mon client a été convoqué à la police et je me suis rendu là-bas. Arrivé, le capitaine qui avait en charge le dossier m’a lu le procès verbal. J’ai compris que c’était un cas d’abus de confiance. Ils obligeaient mon client à payer 70 000 euros € pour une affaire qui le liait avec Wang Shenzen. Quand je suis arrivé, j’ai dit que je ne parlerais pas, j’étais juste venu pour assister à l’audition de mon client. Mais, le policier m’a demandé de parler.  J’ai dit donc que même s’il doit payer ce montant, ce ne serait pas ici parce que la gendarmerie et la police ne sont pas des lieux de recouvrement des créances.

C’est devant un juge compétent ou un parquet qu’il doit payer. Du coup, elle a commencé à crier dans le bureau, le policier lui avait dit de sortir si elle n’arrêtait pas de crier. Et c’est lorsqu’elle  sortait dehors qu’elle m’a administré un coup sur le cou puis elle a balayé ma chaise au point de me faire tomber », à expliqué cet avocat au barreau de Guinée.

Ainsi, le ministère public a demandé au plaignant s’il aurait proféré des mots qui ont poussé l’accusée à commettre cet acte.

Sur cette question, l’avocat explique qu’elle « s’est fâchée et a crié dans le bureau parce que j’ai dit que mon client ne va pas payer son argent. Après, elle est revenue à la charge pour me prendre sur ma veste en me secouant. Sur place, j’ai appelé son avocat pour le lui expliquer, il n’a rien dit. J’ai appelé par la suite le bâtonnier qui m’a demandé de me ressaisir et de passer par la procédure légale. C’est ce qui fut fait ».

Du côté de l’accusée, Madame Wang Shenzen ne reconnaît pas les faits qui lui sont reprochés.

« J’étais aux services spéciaux avec quelqu’un et il me devait de l’argent. Il a dit qu’il va payer. Mais il y a ce monsieur (l’avocat, ndlr) qui est venu dire que ce dernier ne va pas payer que parce que je suis Chinoise, et l’autre est Guinéen. Je me suis fâchée pour sortir et c’est là, je l’entends crier. Il disait que je l’ai tapé. Il dit qu’il est tombé. Il n’était même pas tombé. Il n’a pas touché le sol. Je n’ai même pas de force pour frapper ce monsieur.  Jai dit si vous ne payez pas mon argent ici vous allez payer à l’au-delà. Ce sont ces phrases qui l’ont énervé. C’est lui qui voulait se jeter sur moi et les policiers sont intervenus », a-t-elle expliqué.

Pendant les explications, Me Youssouf Camara a dit qu’il n’a jamais été l’avocat de la Chinoise et qu’il ne l’avait pas rencontrée auparavant.

L’accusée quant à elle,  a affirmé que Me Youssouf Camara avait été son avocat en 2018 où elle lui a donné 40 millions pour la défendre sur une affaire et il serait parti avec cet argent.

Les débats sont restés  houleux. La défense a avancé que Me Youssouf a dit que l’argent ne sera pas payé et qu’il va montrer à l’accusée qu’il est Guinéen et que nous sommes en Guinée. Une phrase que l’accusée a répliqué en disant qu’elle est aussi Guinéenne parce qu’elle a un fils guinéen également.

Ainsi, après avoir écouté les deux parties, le tribunal a renvoyé l’affaire au 26 septembre pour la comparution des témoins.

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap