TPI de Dixinn : Fin de la phase d’interrogatoire de Sékou Jamal Pendessa, place désormais au réquisitoire

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Le secrétaire général du Syndicat des professionnels de la presse de Guinée Sékou Jamal Pendessa est devenu un colis pour la junte militaire au pouvoir. Depuis son arrestation le 19 janvier 2024 par des gendarmes, il est entre les mains du pouvoir en place. Après son incarcération à la maison centrale de Coronthie le 22 janvier (une date historique en Guinée en 2007) Il est traîné par devant les juridictions du pays. 


Ce lundi 5 février 2024, il a été conduit de la maison centrale de Coronthie pour encore de nouveau être devant le doyen des juges d’instruction du tribunal de première instance de Dixinn où il a passé toute la journée. 


De ce côté les professionnels de l'information étaient massivement mobilisés pour apporter leur soutien à l'égard de leur général. Le pool d'avocats du secrétaire général du SPPG Sékou Jamal Pendessa a livré un message dans lequel leur porte-parole Me Faya Gabriel Kamano a annoncé avant tout d’abord la bonne nouvelle à la presse. 

L’avocat informe les journalistes que la prison n’a rien entamé du courage de Sékou Jamal Pendessa. Son combat, souligne l'avocat, reste le même puisqu’il est convaincu de la justesse et de la légalité du combat qu’il est en train de mener. “Un combat dans lequel d’ailleurs tout le peuple de Guinée se reconnaît et c’est pourquoi d’ailleurs le conseil de l’ordre des avocats a décidé de commettre des avocats pour le défendre aux côtés de ses avocats traditionnels.” 



Selon Me Faya Gabriel Kamano, leur souhait, dans ce dossier, c’est d’obtenir un non-lieu parce que nous-mêmes nous estimons, souligne t-il, que les infractions pour les quels il est poursuivie ne sont nullement fondées. Parce qu’à lire les infractions, vous avez dû prendre connaissance de ces infractions. Quelqu’un ne peut pas à la fois être auteur et complice d’une infraction. Ou vous êtes auteur ou vous êtes complice mais pas les deux à la fois. C’est comme si vous êtes à la fois muezzin et imam, c’est qui est quasiment impossible. Donc, son interrogatoire au fond étant terminé aujourd’hui, nous espérons que dans les meilleurs délais, le dossier va être communiqué au parquet pour son réquisitoire définitif. Alors à l'issue de réquisitoire définitif, nous estimons que le juge d’instruction va saisir l’occasion, prendre le courage en main et rendre une ordonnance de non-lieu.”



L'avocat précise ainsi, qu'ils ont présenté une demande de mise en liberté au doyen de juge d’instruction “et même tout de suite souligne t-il nous avons posé la question au doyen des juges d’instruction pour savoir quel est le sort qui est réservé à cette demande et il nous a été promis que dans la journée nous aurons notification de son ordonnance mais pour le moment, nous ne pouvons prédire qu’elle serait le contenu de cette ordonnance.”


Guineetimes

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap