Télécoms : la FESATEL se réjouit de la « réussite » de son mot d’ordre de grève

2 weeks ago 17

Les responsables de la Fédération Syndicale Autonome des Télécommunications ont animé une conférence ce mardi 13 juillet 2021, à la Maison de la presse sise à Kipé. Il était question pour les conférenciers de se prononcer sur le mot d’ordre de grève qu’ils ont lancé hier lundi 12 juillet sur l’ensemble du territoire national.

Ce mouvement de grève fait suite à la multiplication annoncée le 4 juillet dernier par deux de la taxe sur la communication. « Nous sommes passés de 1 à 2 francs la seconde. Ce qui veut dire que le consommateur paiera encore plus. Et lorsque cette redevance va être appliquée, la conséquence sera pire pour le consommateur », a évalué Abdoulaye Barry, le Secrétaire général de la FESATEL.

De son côté, Cécé Jérôme Haba s’est félicité du fait que  les personnels du secteur des télécoms ait observé la grève. « Nous les remercions. Car, ce sont eux notre base et ils nous donnent plus de force encore de continuer ce mouvement de grève », a-t-il indiqué.

Poursuivant, le 1er Secrétaire général adjoint de la FESATEL a dit que le mouvement va être de longue haleine, parce qu’ayant en face un adversaire inaudible, qui ne cherche pas à écouter, encore moins à entendre. « Donc, nous devons encore resserrer la ceinture pour pouvoir tenir un peu plus longtemps. Nous sommes déterminés à continuer ce combat jusqu’à obtenir gain de cause », a rassuré Cécé Jérôme Haba.

En lançant ce mot d’ordre de grève, la FESATEL dit n’avoir nullement l’objectif d’impacter négativement nos concitoyens. « Nous voulons sauvegarder l’intérêt de tous. Et pour cela, nous invitons toutes les couches à observer ce mouvement avec nous. Car, tout le monde a à y gagner », ont lancé les conférenciers.

Toutefois, ils ne sont pas contre à ce que l’Etat émette des taxes. Mais en imposant ces taxes, la FESATEL exhorte l’Etat à voir ce qui est possible est normal. « Mais si aujourd’hui, l’arrêté 457 est appliqué dans ce secteur, les bonus vont disparaitre et le coût d’appels va aussi augmenter, parce que la TCT va passer de 60 francs à 120 francs. Connaissant notre niveau de vie, ce sera la source d’autres soucis », ont enseigné les syndicalistes.

Aux dires des conférenciers, la Taxe sur la consommation téléphonique (TCT) n’existe seulement qu’en Guinée. Une taxe instituée par l’Etat en 2014 à l’effet de soutenir l’économie nationale alors éprouvée par la fièvre virale causée par Ebola.

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap