Tchad : l’ancien président de l’Assemblée nationale porté à la tête du Parlement de transition

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Au Tchad, le Conseil national de transition a élu son président en la personne du Dr Haroun Kabadi, un vieux routier de la politique tchadienne et mieux, un des pions sûrs du régime en place.

 

Installé le lundi 4 octobre 2021, le Conseil national de transition (CNT) qui fait office d’Assemblée constituante au Tchad a élu, ce mardi, son président. Sans aucune difficulté et sans surprise, c’est l’ancien président de l’Assemblée nationale, Dr Haroun Kabadi, en poste au moment de la mort du maréchal Idriss Déby Itno, qui a été porté au perchoir. En effet, c’est par acclamation que l’homme de 72 ans a été élu ce mardi, après le désistement de Delwa Kassiré Koumakoye. Haroun Kabadi est ainsi en quelque sorte reconduit dans ses anciennes fonctions.

 

« Notre objectif n’est pas de nous opposer systématiquement au gouvernement, mais de chercher les voies et moyens pour créer de la stabilité », a déclaré le nouveau président qui a également indiqué que le but poursuivi est « d’organiser des élections libres et transparentes pour jeter les bases institutionnelles d’un Tchad post-transition ». Mais pour y parvenir, il faudra examiner et adopter le projet de Constitution qui sortira du dialogue national inclusif. C’est l’une des missions essentielles du Parlement de transition qui compte 93 membres tous « désignés » par le Président Mahamat Idriss Déby dans toutes les composantes de la société tchadienne.

 

Une absence remarquée tout de même : celle du mouvement Wakit Tama dont aucun membre n’y figure. « Nous n’avons rien à attendre de ce Parlement. La représentativité des jeunes, des femmes, n’ôte rien au fait qu’il s’agisse d’une chambre d’enregistrement. Parce que le MPS (Mouvement patriotique du salut, ndlr) se taille la part du lion. Et les provinces ne sont pas équitablement représentées en fonction de leur poids démographique », avait déclaré Me Max Loalngar, coordinateur du mouvement d’opposition.

 

Le profil du nouveau président de l’institution semble apporter de l’eau au moulin de l’opposition radicale représentée par Wakit Tama. En effet, président de l’Assemblée nationale depuis 2011, Haroun Kabadi refuse de prendre la succession d’Idriss Déby conformément à la Constitution, à sa mort en avril 2021. Il quitte alors son poste à la dissolution du Parlement par le chef de la junte, Mahamat Idriss Déby Itno. Il avait également occupé le poste de Premier ministre, de juin 2002 à juin 2003 sous le défunt Président Idriss Déby. Le 12 juin 2021, Haroun Kabadi a été porté au secrétariat général du parti au pouvoir, le MPS, un poste qu’il avait déjà occupé par le passé. C’est donc un baron du régime qui est désigné pour présider aux destinées du CNT.

       

Par Serge Ouitona - 5 octobre 2021

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap