Santé : la Guinée célèbre la journée internationale de la prématurité à l’INSE

1 week ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

A l’instar des autres pays du monde, la 13ème journée internationale de la prématurité a été célébrée ce mercredi 17 novembre 2021 en Guinée. Elle a été célébrée sous le thème : « éthique et prématurité : regards croisés».

C’est l’Institut de Nutrition et de Santé de l’Enfant (INSE) qui a servi de cadre à cette 5ème journée nationale de la prématurité.

Dans son allocution de bienvenue, le Directeur général l’INSE, Dr Ibrahima Sory Diallo a rappelé qu’en Guinée, le taux d’accouchement prématuré est de 14 pour 1000 naissances vivantes et 26% de complications liées à la prématurité. « Plus de trois quarts des bébés prématurés peuvent être sauvés si on leur offre des soins efficaces et peu onéreux. De 2020 à 2021, il y a eu 40 602 accouchements, 1 665 faibles de poids et 73 décès », a-t-il fait savoir.

Dans son intervention, la présidente de l’ONG, “Mon enfant et Ma vie”, Djenab Boiro a fait comprendre que les 28 premiers jours de la vie d’un bébé sont les plus sensibles et les plus décisifs. D’après elle, pendant ce premier mois, beaucoup d’enfants meurent en raison du manque de soins à la naissance qui favorise les infections.

« En Guinée, environ un enfant sur 15 meurt avant d’atteindre son premier anniversaire. Le risque de décéder entre la naissance et le cinquième anniversaire est estimé à 114% soit 14 décès pour 1000 enfants vivants », a-t-elle indiqué.

Prenant la parole, le Directeur Général adjoint de la fondation KKT Royal, Alhassane Barry a déclaré que la journée mondiale de la prématurité est marquée cette année par l’inauguration d’un site et des toilettes pouvant accueillir une quarantaine de lits qui va impacter plus de 2 000 mères et enfants.

« C’est une réalisation faite par la fondation KKT Royal. Nous remercions les ONG Mon enfant, Ma vie, ASOFOG et Assistance Orphelinat, foyer de Guinée pour nous  avoir accompagné durant toute cette aventure et ont levé suffisamment de fonds pour meubler le site », a-t-il dit.

Dans la même logique, M. Barry a fait comprendre que KKT Royal est un groupe industriel du droit guinéen, spécialisé dans la fabrication de bonbons, de savons et sucettes. « C’est dans le cadre de sa responsabilité sociétale d’entreprise et pour participer au développement socio-économique de la Guinée, qu’il a créé en 2017, la fondation KKT Royal avec pour vocation d’initier et de promouvoir des actes d’entraides et de solidarité dans le domaine médical et humanitaire en République de Guinée », a-t-il souligné.

Poursuivant, M. Barry a fait remarquer que chaque mois, en moyenne, 2 000 bébés prématurés, malades et leurs parents arrivent à l’INSE de Donka. C’est pourquoi, il lance un appel aux autorités pour apporter un appui technique et matériel pour l’INSE et pour faire de cette institution un centre de référence adéquat afin de réduire la mortalité néonatale et infantile.

L’UNICEF représentée à cette cérémonie par Dr Adama Ouedraogo, dira que le thème interpelle chacun d’entre eux sur la nécessité de créer des conditions favorables à la survie des nouveau-nés avec la participation effective des soignants et des familles.

« Investir dans la santé des enfants plus spécialement dans celle des nouveau-nés précisément des prématurés est non seulement un impératif d’éthique mais aussi, d’équité  et de droit notamment pour les plus vulnérables afin de ne laisser aucune mère et aucun nouveau-né prématuré de côté », a-t-il affirmé.

Pour sa part, l’Ambassadeur de la Grande Bretagne en Guinée, Graham Styles a signalé que la protection des femmes et des enfants est d’une importance fondamentale pour l’avenir de tout pays. « En Guinée, les défis auxquels sont confrontés les femmes sont énormes. L’une des priorités clés pour nous, c’est d’aider la Guinée à protéger les femmes et les filles. C’est pourquoi, nous sommes fiers de soutenir les ONG qui s’engagent à aider les femmes et les enfants », a-t-il laissé entendre.

Le Secrétaire général du ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, Dr Sékou Condé a expliqué que la prématurité est un problème de santé publique. « Très malheureusement, notre pays n’échappe pas à cette triste réalité. Car, les statistiques montrent que notre taux d’accouchement annuel est de 14 pour 1000 enfants vivants », a-t-il mentionné.

Poursuivant, il a reconnu qu’au niveau des infrastructures, les normes sont loin d’être respectées, les équipements sont insuffisants ainsi que le personnel avec parfois de faible capacité de prise en charge. « Il faut ajouter les préjugés et les manques d’interaction entre les acteurs de la santé alors qu’il faut des regards croisés entre les parties prenantes de la santé », a-t-il estimé.

Dans un témoignage émouvant, Halima Diallo spécialiste en santé publique a salué vivement l’intervention de la fondation KKT Royal.

« Le 31 janvier 2021 à 13 heures, j’ai fini par accoucher dans une clinique de la place après plusieurs jours d’hospitalisation. Informé de la naissance en cours, le service l’INSE a déployé un médecin pour accueillir le bébé.

Pendant l’accouchement, un gynéco m’a prévenu que mon enfant a très peu de chance pour faute d’équipements nécessaires pour la prise en charge des prématurés (…).

Malgré nos efforts, Dieu a voulu que le petit ange soit auprès de lui après 18 jours de naissance. Comme toutes les autres femmes, je dormais à la belle étoile afin d’alimenter mon bébé toutes les deux heures.

Je ne me nourrissais presque plus de peur de devoir utiliser les toilettes puisqu’elles n’y en avaient pas (…). Le soir où j’ai perdu mon bébé, je n’étais pas présente. Mon mari après son service venait pendre le relai. Le temps pour moi de prendre une douche à proximité. Pendant que je prenais une douche, un luxe que je m’offrais que mon petit ange a rejoint les cieux (…).

Contactée, la fondation KKT Royal a promis de réduire la souffrance des femmes à l’INSE en transformant le fameux hangar à un site pour accueillir les mamans mais aussi, construire des latrines pour améliorer les conditions de séjour des mamans. La fondation KKT Royal a été épaulée par les ONG Mon enfant, Ma vie et ASOFOG », a-t-elle affirmé.

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap