Revue de presse : « le calme avant la tempête »

3 weeks ago 24

Dans notre revue de presse de cette semaine, nous avons feuilleté le contenu des hebdomadaires Le Lynx, Le Populaire et La Lance. Tous ont fait leur Une sur la crise postélectorale et ses implications sur le verdict de la Cour constitutionnelle, qui sera connu ce samedi.

« Le calme avant la tempête », barre le satirique Le Lynx à sa Une avec des caricatures des principaux challengers de l’élection présidentielle du 18 octobre, Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo. Le journal rappelle que « le 30 octobre, La Petite Cellule Dalein Diallo » a suspendu les manifs jusqu’au mardi, pour faire des provisions et le deuil des victimes. Le Grimpeur a, lui, galvanisé les troupes et menacé l’axe ». Et Le Lynx s’exclama : Hop-là ! Le journal écrit que si l’arrêt de la Cour constitutionnelle ne peut plus faire l’objet de contestations, la rue reste le dernier recours des opposants s’ils ne trouvent pas satisfaction auprès de la justice.

« L’alliance nationale pour l’alternance démocratique (ANAD) est convaincue de la victoire de son candidat, la Petite Cellule Dalein Diallo. Par conséquent, une éventuelle validation des résultats de la CENI par la Cour serait rejetée par l’ANAD », poursuit le journal qui est aussi revenu sur les menaces du Grimpeur. Le Lynx écrit que le même jour, vendredi 30 octobre, Alpha Grimpeur a sillonné casernes militaires, escadrons mobiles de gendarmerie et compagnie mobile d’intervention et de sécurité (CMIS), pour dédouaner les hommes en uniforme des tueries lors des manifs. « Il en a profité pour envoyer un message clair aux manifestants de l’opposition. ‘’ Nous avons arrêté des gens en tenue militaire ou en policier. Nous allons nettoyer tous les nids de bandits. Tous les quartiers de Conakry doivent être désormais les mêmes. Il n’y aura plus de zone de non-droit. L’axe doit être comme n’importe quel endroit. Il faut que les gens sachent maintenant que l’autorité de l’Etat va s’appliquer. Nous avons été assez patients […] Nous défendrons contre vents et marées notre indépendance ! Jamais nous ne demanderons l’avis d’un pays pour ce que nous devons faire », écrit le satirique qui estime qu’Alpha Grimpeur espère ainsi gagner une sympathie perdue dans les urnes.

« L’Occident s’exprime sur les résultats provisoires, la CENI s’énerve/ Doute sur la version officielle », titre à sa Une Le Populaire. Le journal rappelle que sous l’œil avisé des médias et des observateurs électoraux dignes de ce nom, le premier tour de la présidentielle s’est globalement déroulé le 18 octobre. « De l’ouverture à la fermeture des bureaux de vote, tout s’est passé au vu et au su des parties prenantes et du citoyen lambda. La seule zone d’ombre réside autour des opérations de remontée des procès-verbaux vers les fameuses commissions administratives de centralisation des suffrages exprimés. Révéler cela contribue à la manifestation de la vérité des urnes et ne devrait pas être assimilé à un crime de lèse majesté. Mais voilà ! La CENI a sorti l’artillerie lourde pour tenter de contrer la délégation de l’Union européenne (Ue). Et par ricochet les déclarations claires et sans équivoque des principaux pays occidentaux »,  écrit Le Populaire sur la présidentielle.

« Les arguments de Cellou devant la Cour constitutionnelle », titre La Lance. Le journal écrit que le candidat de l’Alliance nationale pour l’Alternance démocratique, Cellou Dalein Diallo, a saisi dimanche 1er novembre la Cour constitutionnelle d’un recours pour contester les résultats officiels proclamant Alpha Condé vainqueur de la présidentielle du 18 octobre. « A l’appui de sa requête, l’opposant, qui revendique la victoire, a adjoint un dossier solide dont un ‘’ Rapport synthèse ‘’ de cinquante pages consulté par notre rédaction’’, écrit le journal qui estime que Cellou Dalein Diallo joue son va-tout devant les juges de la Cour constitutionnelle. Les arguments de Cellou Dalein se résument pas des « des écarts de chiffres en Haute Guinée », « des suffrages favorables à l’UFDG écartés » et « des fraudes lors de la centralisation ».  « Si ces différentes irrégularités sont remises à plat, Cellou Dalein Diallo est convaincu de sortir vainqueur de la présidentielle du 18 octobre par 53,84 % des voix », écrit La Lance.

Lire L Article En Entier