Répartition des 15 places au CNT : voici ce qu’en pense Kéamou Bogola Haba

2 weeks ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Accueil » Répartition des 15 places au CNT : voici ce qu’en pense Kéamou Bogola Haba

Par Ledjely.commardi 23 novembre 2021 à 18:59

A seulement 48 heures de la clôture du dépôt des listes des représentants des partis politiques devant prendre part au Conseil national de transition, la classe politique guinéenne continue d’être divisée sur le choix de ses membres. A l’issue de la dernière rencontre sous la médiation de Dr Ousmane Doré, leader du MND, l’Inter-coalition dirigée par Mamadou Sylla et la Coalition politique pour la rupture présidée par Dr Faya Milimono, ont décidé chacun de faire cavalier seul. Pour Kéamou Bogola Haba de l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD), membre de l’ANAD, la coalition dirigée par Cellou Dalein Diallo, interrogé par Ledjely.com, estime que cette décision de ses pairs d’aller en rang dispersé risque de créer des ennuis au bon fonctionnement de l’organe qui fera office d’Assemblée nationale.

Sa coalition [ANAD] ayant obtenu 4 places tout comme le RPG-arc-en-ciel et ses alliés, après les concertations menées par Dr Ousmane Doré du MND, Kéamou Bogola Haba, a tout d’abord souligné qu’ il est important de tenir compte des critères de participation aux élections majeures pour désigner les 15 membres devant prendre part au CNT, « sur 181 partis politiques, plus de 150 n’ont jamais participé à une élection » lâche-t-il avant de préciser que la désignation de 2 membres par coalition constituait un risque pour les grands politiques qui peuvent mobiliser jusqu’à un millions de d’électeurs, « c’était un risque d’envoyer des partis politiques qui ne représentent qu’eux-mêmes pour prendre des décisions qui ne seront pas acceptées par les partis politiques qui ont démontré qu’ils peuvent mobiliser plus de 1.500.000 d’électeurs dans les urnes. Ça serait un gros risque » persiste-t-il

L’autre risque que redoute Kéamou Bogola Haba, c’est la décision du MATD à prendre en compte les candidatures des différentes coalitions politiques qui ont décidé de se retirer du processus enclenché par l’ensemble de la classe politique, qui selon lui, pourrait conduire à d’éventuel manifestation si toutefois de mauvaises lois seront votées au sein du CNT, « si demain l’ANAD, le RPG-arc-en-ciel et l’ensemble des autres membres descendent dans la rue contre les lois qui seront prises, qui va payer le prix ? » s’interroge le leader.

Aliou Nasterlin

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap