Radiés de l’Alliance patriotique, trois députés se défendent et accusent Mamadou Sylla

2 weeks ago 15

Dans une lettre adressée au président de l’Assemblée nationale, le président du groupe parlementaire Alliance patriotique a annoncé la radiation dudit groupe les députés Abdoulaye Kourouma, Bintou Touré et Boubacar Diallo.

Lors d’une conférence de presse animée ce 15 juillet à Conakry, ces trois députés ont réagi à leur radiation. Mme. Yansané Bintou Touré a lu une lettre réponse qu’ils ont adressée au président de l’Assemblée nationale.

Ces députés accusent les responsables de l’Alliance patriotique de vouloir obtenir des faveurs d’Amadou Damaro Camara : « Au-delà des arguments fallacieux utilisés pour justifier la ‘’décision de radiation’’, on veut aussi s’attirer les faveurs du Président de l’Assemblée en arguant que nous nous sommes joints aux frondeurs contre celui-ci et présenté la candidature de Abdoulaye Kourouma pour une deuxième fois du groupe. »   

Le mandat de député n’est pas un mandat impératif, rappellent-ils, dans leur lettre et soutiennent qu’ils ne se soumettront pas aux élucubrations de quelqu’un : « nous sommes un groupe parlementaire pas une secte à la dévotion devant d’un gourou. Le fait d’être membre d’un Groupe parlementaire ne fait pas du député l’obligé dudit Groupe. […] Nous n’entendons pas être soumis à des instructions précises et ponctuelles du Groupe. Les motifs invoqués montrent que le Groupe parlementaire astreint ses députés à une forme déguisée de mandat impératif, puisque nous sommes tenus pour individuellement comptables pour avoir eu des opinions différentes des membres de l’Alliance patriotique. Nous n’accepterons jamais un tel mécanisme politique tant bien d’un point de vue idéal que pratique. Il n’y a pas de menace encore moins de pression capable de forcer, ni d’ébranler notre volonté comme le pensent quelques naïfs. Nous avons tous notre libre arbitre et il n’y a rien qui nous contraigne. »

Déçus de leur radiation, ces trois députés accusent le chef de file de l’opposition, Elhadj Mamadou Sylla derrière toute « cette machination » parce que certains d’entre eux auraient refusé de participer à son cabinet : « à l’analyse des faits, il s’avère en l’occurrence que nous sommes victimes des représailles du chef de file de l’opposition qui a joint l’acte à la menace de notre radiation quelques jours plus tôt, lors d’une réunion du groupe parlementaire organisé à son domicile et qui, dit en passant, n’est pas le lieu approprié pour une telle rencontre. Cette décision est prise non parce qu’il existe une incompatibilité d’humeur ou une quelconque indiscipline au sein du Groupe qui aurait dû être sanctionné neuf mois plus tôt, mais plutôt c’est parce que le chef de file de l’opposition et son oncle, le président du groupe parlementaire Alliance patriotique, ont une culture de sujétion des collaborateurs et une conception patrimoniale du pouvoir. Nous sommes des députés et pas des sujets et nous ne soumettrons jamais aux élucubrations d’un chef de file de l’opposition versatile qui catalyse les angoisses de son échec politique certain et qui dévoile les intrigues de son pouvoir mal légitimé. »

Lire vidéo:

Correspondant à Conakry, Guinée

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap