Programme de transition écologique des femmes de Guinée: « planter 2 500 000 arbres en 5 ans »

6 days ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Née à New York, le 02  juin 2017 de par la force de persuasion de madame Ellen Johnson Sirleaf, ancienne présidente du Libéria avec le soutien conjoint de la Commission de l’Union africaine (UA) et de l’Organisation des Nations Unies, le Réseau des Femmes Leaders Africaines/ African Women Leaders Network (AWLN) a procédé au lancement officiel du programme de la transition écologique des femmes de Guinée (PTEFGUI) à Lambanyi dans la soirée du mardi 09 juillet.

Ce projet qui a un lien avec les objectifs et la même vision que AWLN continental s’étendra sur une durée de 5 ans et interviendra exclusivement sur le reboisement inclusif et durable sous le sigle ‘’Une Femme, un Arbre’’ avec pour ambition de planter  2 millions 500 mille arbres en 5 ans soit 500 000 par an et par les femmes; Projet de Gestion des Déchets Solides et atténuation de l’insalubrité”.

Ces anciennes responsables de l’administration  guinéenne, la plupart des anciennes ministres, à savoir mesdames Mariama Diallo Sy, Hadja Aissata Daffé, Dr Fatou Siké Camara, Hadja M’Balou Fofana, Hadja Kadiatou N’Daye et Mariame Ciré Barry économiste ont dans leur programme le projet d’intensification de l’usage des Foyers Améliorés et du réchaud à gaz en misant sur la sensibilisation, intensification de la campagne pour l’atteinte de l’objectif ‘’zéro en carbonisation; Projet innovant en énergie renouvelable visant la production de l’éclairage à base d’argile, de bambou et de plastique recyclé dont l’objectif est de fournir des solutions d’éclairage durable et accessible à travers la fabrication locale de lampes solaires par les femmes des communautés rurales en Guinée et être un

modèle mondial d’électrification durable promouvant une économie verte en Guinée.

La présidente de AWLN Guinée Madame Mariama Diallo Sy, ancienne ministre du Tourisme, de l’Hôtellerie et de l’Artisanat, dans son discours de circonstance est revenue sur l’historique de la création de ce réseau piloté par des anciennes ministres et parlementaires mais aussi des hauts cadres qui ont occupé des postes de responsabilités en Guinée.
« C’est le moment plus que jamais que les femmes Leaders que nous sommes, des femmes qui ont dirigé de très hauts postes de responsabilité dans notre pays à un certain moment de son histoire, qui ont été des députées, qui ont occupé des hauts postes dans l’administration guinéenne ont décidé de se lancer dans ce programme qui est une vision pour nous pour les 5 prochaines années. Ce n’est pas une opération ponctuelle,  nous sommes assises pendant 8 mois avant d’aller à la COP21 de Dubaï que nous travaillons sur ce programme. Des jours et des nuits nous y avions réfléchi, travaillé, chacun d’entre nous étant spécialiste d’un domaine ou d’un autre pour se dire qu’on ne peut pas rester les mains croisées, on ne peut pas s’asseoir et assister impuissantes à ce qui se passe sur le plan écologique de notre pays, nous devons faire quelque chose », encourage-t-elle.

À en croire la présidente de ce réseau AWLN Guinée, porteur du projet qui travaille en étroite collaboration avec le réseau des femmes  ministres africaines et parlementaires de Guinée et ailleurs en Afrique, c’est avec un grand honneur pour elle de diriger ces 2 organisations Féminines aujourd’hui en Guinée. « Et toute femme ministre ou parlementaire d’office que ça soit en Guinée ou ailleurs est membre du réseau des femmes ministres africaines parlementaires, cela aussi a été mis en place il y a une vingtaine d’années, pour prouver et mettre en place un système qui permette aux femmes qui à un moment donné de leur vie ont dirigé à des postes de responsabilité de ne pas rentrer se reposer à la maison mais de continuer à jouer un rôle de leadership dans les sociétés dans lesquelles elles évoluent. Oui être ministre c’est bien c’est une lourde responsabilité mais c’est pour servir la population. Après avoir été ministre, on a le pouvoir de continuer à servir sa nation dans ce qu’on sait faire, dans quoi on a déjà évolué », précise la présidente.

Présente également à cette cérémonie la coordinatrice générale du PTEFGUI (Présentation du Programme de Transition Ecologique des Femmes de Guinée), Madame Hadja M’Balou Fofana, exploitante agricole,  dirigeant une entreprise agro-business depuis 22 ans vivant en milieu rural est revenue dans un pan de son intervention sur les quelques réalisations faites par AWLN Guinée qui collabore avec les ambitions du PTEFGUI.
« Le programme de transition écologique de AWLN Guinée a été conçu quand on partait à Dubaï. Trois projets à l’époque. Le projet de reboisement, parce qu’on a fait une première tentative, on a reboisé une carrière de gravier exploitée par des femmes à Maferinyah. Donc nous nous sommes intéressées à reboiser cette carrière. Dans ce cas, nous nous sommes dit il faut aller au-delà, aller identifier des sites qui sont conçus pour être exploités par des femmes dans l’agriculture mais que ces femmes sont en train de détruire en faisant de l’exploitation du sable ou du gravier. Ce programme a été lancé à Maferinyah par la présidente, « une femme un arbre ». La volonté, c’était de conscientiser les femmes pour qu’elles-mêmes  puissent restaurer (…) », dit-elle.

Hadja Kadiatou N’diaye, responsable du projet, économiste environnementaliste, ancienne ministre de l’Environnement et du Développement durable a fait savoir que l’objectif général de ce projet c’est pour une durée de cinq (5) ans.

« Nous comptons planter 2 500 000 arbres en 5 ans, soit 500 000 arbres par an et par les femmes. Vous allez comprendre que l’ambition de nos 2 organisations à savoir: réseau des femmes leaders de l’Afrique et les femmes ministres et parlementaires toujours considèrent ce projet comme leur contribution pour reconstituer, conserver, protéger le couvert végétal de notre pays. Ce projet est considéré comme un acte prioritaire de lutte contre le changement climatique pour les femmes leaders », renseigne l’ex-ministre.

Au titre des objectifs spécifiques numéro 1,  l’ancienne ministre de l’Environnement et du Développement durable de marteler: « C’est de planter des essences végétales qui garantissent la stabilité écologique, renaissance et protection des forêts classées,… », peut-on retenir entre autres.
Amenée à s’exprimer sur le projet portant sur la gestion des déchets solides et organiques, Hadja Aissata Daffé, Dre en Chimie et ancienne députée et ancienne ministre des Affaires sociales, de la Promotion féminine et de l’Enfance a quant à elle indiqué que le problème de la gestion des déchets n’est pas spécifique à la Guinée, c’est un problème mondial aujourd’hui et une préoccupation pour tout le monde. Donc c’est dans cette dynamique, informe-t-elle, que AWLN Guinée a décidé de monter ce projet pour la Guinée.
« L’objectif principal c’est de mettre des centres dans les 8 régions administratives de la Guinée pour que les femmes puissent s’approprier la gestion des déchets parce que dans la gestion des déchets vous avez plusieurs étapes. […] Les objectifs que nous attendons c’est la création d’emplois pour les femmes, parce que lorsqu’on va mettre ces centres régionaux au niveau des 8 régions de la Guinée ça donnera une possibilité aux femmes de travailler dans ces centres de tri et de pouvoir les vendre à des industries parce qu’il y a des industries qui attendent ça… », a-t-elle expliqué.

Par ailleurs, Dr. Fatou Siké Camara, Dr. en Médecine, ancienne ministre des Affaires sociales, de la Promotion féminine et de l’Enfance et ancienne membre du CNT en 2010, chargé de conduire ce projet de AWLN Guinée dans le domaine de la mobilisation sociale et de la lutte contre les violences basées sur le genre à travers les projets ambitieux du PTEFGUI, elle est convaincue que AWLN est une opportunité pour la population et une chance pour la femme guinéenne. « Le projet d’intensification de l’usage des foyers améliorés et des réseaux à gaz donne une alternative crédible pour la vision dans le cadre de la contribution à l’objectif 0 en carbonisation. (…) Mais pour les femmes de Guinée, il va contribuer activement,  avec un soulagement, à l’allègement du panier de la ménagère, à la lutte contre la pauvreté mais la lutte contre la cherté de la vie », rassure madame Fatou Siké Camara.

Pour finir, la vice-présidente de AWLN Guinée Madame Djénab Saïfond Diallo, ancienne ministre de la Coopération internationale a saisi l’occasion pour formuler des doléances auprès des dirigeants guinéens, des entreprises, de la diaspora guinéenne et toutes les bonnes volontés à ceux qui s’impliquent pour la réalisation de ce projet.
« Vous avez compris c’est quoi AWLN Guinée, c’est quoi les ambitions que nous avons. Nous voulons changer la Guinée mais de façon positive. Vous avez vu que nous avons des projets innovants, nous voulons rendre Conakry propre où il fait bon vivre, nous voulons restaurer le couvert végétal de la Guinée, nous voulons assainir nos villes et nos campagnes,  nous voulons éclairer toute la Guinée à travers des petits projets mais très innovants. Madame Ballou Fofana vient de vous l’expliquer, vous voyez qu’on a de l’ambition n’est-ce pas? Mais pour atteindre nos objectifs alors là on a les moyens humains, on a des femmes à travers toute la Guinée mais nous avons besoin d’argent pour réaliser nos ambitions. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Je pense que la première chose il faut lancer un appel et c’est cet appel je vais faire ce soir au nom de AWLN et au nom de toutes les femmes de Guinée. (…) Nous avons besoin du soutien de tout un chacun. Je profite de l’occasion pour lancer un appel ému et solennel au Chef de l’Etat, son excellence Mamadi Doumbouya, Général des corps d’armée, Chef Suprême des Armées,  au Premier Ministre Chef du Gouvernement,  aux membres du Gouvernement, au président du CNT, aux organisations internationales, aux partenaires techniques et financiers, au secteur privé, aux miniers, aux sociétés de téléphonie, aux fondations caritatives, aux Guinéens de la diaspora, aux femmes de la diaspora, en un mot à tous les patriotes de nous apporter leur soutien pour la réalisation du programme de transition écologique des femmes de Guinée… », ont-elles lancé.

Mamadou Yaya Barry 

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap