Procès UFDG vs Madifing Diané : Fodé Oussou attendu au tribunal, l’affaire renvoyée au 30 mai

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

L’audience correctionnelle dans l’affaire UFDG représentée par Dr Fodé Oussou Fofana contre Madifing Diané, ancien ministre de la Sécurité Madifing Diané s’est poursuivie ce jeudi 16 mai 2024.

Dans ce procès, il est reproché à monsieur Diané  diffamation, discrimination, abus d’autorité et dénonciation calomnieuse devant le tribunal de première instance de Mafanco.

D’entrée de jeu, en vertu de l’article 459 du code de procédure pénale,  la défense de Madifing Diané a exhorté la présence de Dr Fodé Oussou qui est le représentant de la partie plaignante.

Toujours dans la forme du dossier, en tout deux exceptions ont été soulevées en rapport avec la date des faits (2010) et la plainte (2024).

D’ailleurs la défense estime que cette affaire n’est pas du ressort de ce tribunal.

 » Cette affaire n’est plus du ressort du tribunal de première instance de Mafanco. Nous demandons à ce que ce dossier soit renvoyé à la Cour suprême. Cette cour nous dira si l’article 28 de la constitution a été violé ou pas. La Cour suprême nous guidera », a sollicité Me Sekou Ké Touré, l’un des avocats de la défense.

Contrairement à  la première, la partie civile a expliqué que cette affaire ouverte en 2024 par le fait que les propos aient été tenus cette année dans une émission de nos confrères d’HADAFO MEDIA « parole des anciens ».

Pour sa part, le ministère public a tenu a ce que ce procès aille jusqu’au bout.

« « Cette affaire ira jusqu’au bout et la vérité triomphera. Je comprends l’avocat de l’UFDG qui veut aller au fond de cette histoire. C’est pourquoi je voudrais demander que cette affaire soit renvoyée pour que la défense se familiarise avec les conclusions qu’ils disent avoir reçues ce matin ».

Suite à  un débat tendu toujours concernant la forme du dossier, le ministère public a demandé à  mettre de côté tous débats à caractère politique.

Signifiant que  » la violation du code électoral n’est nulle part mentionnée dans notre loi « .

C’est sur ces échanges peu agréables que le procès a été renvoyé au 30 mai prochain.

En attendant la présence du Dr Fodé Oussou Fofana.

Mayi Cissé 

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap