Procès du 28 septembre : début d’une nouvelle phase…

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Le procès relatif aux événements du 28 septembre 2009 entame une nouvelle phase ce lundi 13 mai 2024, après 19 mois de débats. Il s’agit là d’une étape cruciale où les réquisitions du ministère public ainsi que les plaidoiries de la défense et des parties civiles vont prendre place.

Durant cette période, les avocats des victimes, représentant les parties civiles, vont parler de ce qu’ont subies leurs clients, afin d’amener le tribunal à condamner les accusés.

Le ministère public exposera minutieusement les accusations portées contre Dadis et ses co-accusés, cherchant à démontrer leur culpabilité et à proposer les peines qu’il estime justes pour chacun des accusés.

De leur côté, lors de leurs plaidoiries, la défense s’efforcera de réfuter point par point les accusations, cherchant à prouver l’innocence des accusés.

À l’ouverture de l’audience, le président du tribunal criminel de Dixinn, Ibrahima Sory 2 Tounkara, a demandé ce qu’il y ait une rallonge des jours d’audience. Jusque là le procès se tenait du lundi au mercredi, mais le président du tribunal a demandé à ce que le jeudi et vendredi soient rajoutés. Cela pour permettre aux accusés d’être fixés sur leur sort avant les vacances judiciaires qui commencent à partir du 1er août.

Les plaidoiries ont commencé par l’intervention des parties civiles avec le doyen Me Hamidou Barry dont l’intervention s’appuiera sur trois points essentiels dont l’impunité souvent accordés aux meurtriers.

Cette phase du procès pourrait s’étendre sur plusieurs jours, voire plusieurs mois.

Le 2 septembre 2009, au stade de Conakry, des Guinéens se rassemblaient pacifiquement pour protester contre la junte dirigée par le capitaine Moussa Dadis Camara. Ce qui aurait dû être une expression légitime de la volonté populaire s’est rapidement transformé en un cauchemar sanglant. Les militaires, notamment la garde présidentielle, ont violemment réprimé la manifestation, ouvrant le feu sur la foule, violant des femmes et perpétrant des actes de torture atroces.

Correspondant à Conakry, Guinée

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap