Prise en charge des indigents : le FDSI et l’Hôpital Sino-Guinéen signent un protocole 

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

C’est une très bonne nouvelle pour les personnes vivant dans l’extrême pauvreté.  Le Fonds de Développement Social et d’Indulgence et l’Hôpital de l’Amitié Sino-Guinéenne viennent de signer un protocole d’accord d’accord pour la prise en charge des indigents, à Conakry.

Dans ce protocole, tous ces malades qui ne peuvent pas se prendre en charge, l’hôpital va mettre toutes ses activités à leur disposition, à savoir : la consultation, les examens biologiques, les examens d’imagerie médicale, l’hospitalisation, les médicaments. Tout cela sera assuré par l’hôpital, voire même l’alimentation par extension de ces patients.

Toute chose qui enchante le Directeur Général de l’Hôpital de l’Amitié Sino-Guinéenne. En ce sens que cela  entre dans la prise en charge effective des malades qui n’ont pas des moyens de se faire soigner.

« Donc, ce protocole est bienvenu. Et notre implication, c’est d’abord de recevoir les malades indulgents comme nous le faisons toujours. Au niveau des urgences, tous les malades sont pris en charge immédiatement,  sans aucun franc. Après le service des urgences, les médecins vont juger nécessaire d’orienter ces malades vers les spécialistes », a expliqué Dr Mohamed Diané.

Prenant la parole, le Directeur général du Fonds de Développement Social et d’Indigence a salué le sens élevé de la signature de ce protocole d’accord entre l’Hôpital de l’Amitié Sino-Guinéenne et sa Direction.

« Cela vient répondre à des exigences des autorités, notamment le Président de la République, Son Excellence le Colonel Mamadi Doumbouya concernant sa politique de protection sociale et d’assistance sociale dans notre pays, et avec l’appui politique du Ministère de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes vulnérables », a évalué Lansana Diawara.

Tout en rappelant qu’il y a des services dédiés aux fonctionnaires, l’orateur a dit qu’il y a aussi services dédiés aux travailleurs du secteur privé.

« L’État est dans sa responsabilité de protéger ses fils et filles. Nous avons vu l’opérationnalisation de cette Direction qui est exclusivement réservée aux personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté, ces Guinéens qui n’ont aucun moyen, aucune situation, mais qui n’ont pas choisi de vivre dans l’extrême pauvreté », a-t-il souligné.

« Par le fait du destin, ils sont pauvres. D’où la responsabilité de l’État de leur venir en aide, leur apporter des soins et les traiter gratuitement », a poursuivi M. Diawara.

De l’avis du Directeur Général du FDSI, la particularité avec la signature de ce protocole d’accord avec l’Hôpital de l’Amitié Sino-Guinéenne, c’est qu’au-delà des consultations et des médicaments, il est inclus la prise en charge alimentaire.

« C’est un process que nous avons lancé depuis l’année dernière avec l’appui du Président de la République, du Premier Ministre et de l’ensemble du Gouvernement. Jusque-là, tout se passe bien. Et j’espère qu’à travers la signature de ce protocole, d’ailleurs, nous n’en doutons pas, puisqu’avec cette nouvelle dynamique qui est au sein de cet hôpital depuis un certain temps, les choses ont beaucoup changé tant sur le plan de la capacité, des performances que de l’administration qui gère cet hôpital actuellement ».

« Nous pensons que cela va élargir davantage notre champ d’action, puisque cette année, nous comptons prendre au minimum 2000 malades sur l’ensemble du territoire national, mais qui vivent dans l’extrême pauvreté », a-t-il annoncé en concluant.

Articles similaires

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap