PRESIDENTIELLE 2020 : le front anti-Alpha Condé se fissure

3 weeks ago 20

Par LEDJELY.COM2 novembre 20202 novembre 2020

Si à la suite de la proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, les candidats ayant affronté le président Alpha Condé avaient montré une certaine unité, cette dernière commence à se fissurer. En effet, ce lundi 2 novembre 2020, les leaders de quatre des membres du collectif des 10 partis politiques qui contestent les résultats provisoires donnant le président sortant vainqueur dès le premier tour, disent se désolidariser de l’appel à manifestation émis pour ce mardi 3 novembre par l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG). Il s’agit du RRD d’Abdoulaye Kourouma, de l’UDIR de Bouya Konaté, du PLP de Laye Souleymane Diallo de l’AFC Mandjouf Mauro Sidibé.

En qualité de porte-parole du groupe des quatre, Abdoulaye Kourouma commence par noter les nuances dans les positions que les uns et les autres affichent vis-à-vis des résultats déjà rendus publics par la CENI. « Il y a trois groupes, vous avez un groupe qui s’est déjà autoproclamé président de la république, vous avez un groupe qui a déjà félicité les résultats provisoires et vous avez un groupe qui attend la cour constitutionnelle ».  Il n’est par conséquent, selon lui, pas concevable ces trois tendances puissent se retrouver dans une déclaration commune comme celle qui a été récemment rendue publique. Mais au-delà, il reproche à l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) une certaine duplicité. Du fait que le parti de Cellou Dalein Diallo, après avoir signé la déclaration commune, se soit ensuite, l’ANAD, fendue d’une autre déclaration relative à une manifestation devant commencer ce mardi 3 novembre. « On n’était surpris sur la table que l’UFDG vient s’associer encore à une déclaration faisant appel à la manifestation », déclare-t-il à propos. Par conséquent, annonce-t-il : « on vient pour dire ici que nous ne sommes pas signataires, on n’est pas solidaires à une manifestation ».

En fait, selon le responsable du RRD, il y a déjà eu trop de morts. Jusqu’à 200 morts, selon lui. Après un tel bilan, il n’est pas concevable à ses yeux que l’on appelle encore à de nouvelles manifestations. Annonçant par la même occasion que les partis politiques au nom desquels n’ont pas déposé de recours à la Cour constitutionnelle, Abdoulaye Kourouma indique que lesdites formations politiques attendent le verdict de l’instance suprême pour ensuite donner leur position. Mais en attendant, réitère-t-il : « le RRD et les partis politiques ici présents nous ne sommes pas là pour  faire appel  à la manifestation,  nous nous désolidarisons totalement de l’appel à  la manifestation et les partis politiques ici présents interpellent l’État de déclencher l’action publique ». 

Balla Yombouno 

Lire L Article En Entier