Politique: Dr Ibrahima Sory Diallo d’ADC-BOC émet des doutes sur le respect du chronogramme de la transition

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE
Le président de ADC-BOC, Dr Ibrahima Sory Diallo, n'est pas encore rassuré de la passation du pouvoir du CNRD aux civils en janvier 2025. Il doute fort d'un glissement de calendrier des élections pour le retour d'un civil au pouvoir. 

Le compte à rebours a officiellement démarré le 1er janvier 2022. Aujourd'hui, 10 mois nous séparent de la fin du chronogramme de la transition guinéenne fixé en commun accord avec la CEDEAO. 

De nos jours, les réactions fusent de partout quant au respect de la date pour le retour des civils au pouvoir. C'est le cas des acteurs politiques qui manifestent leurs inquiétudes quant au respect des 24 mois proposés par le comité national de rassemblement et du développement (CNRD) et valider par la CEDEAO (Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest).


Interrogé sur le sujet par un journaliste de la rédaction de guineeTimes, le président du parti ADC-BOC, Dr Ibrahima Sory Diallo est optimiste quant au respect de ce chronogramme. << Il y'a une lenteur dans la mise en œuvre des recommandations issues du cadre de dialogue, parce qu’il n'est pas sans savoir que, les acteurs se sont donnés le rendez-vous pour accompagner le CNRD dont je fais partie moi même. Et si aujourd'hui on voit que le délai imparti dans les résolutions n'est pas respecté et que les autorités ne font pas ça, cela pose des inquiétudes. >> a indiqué Dr Ibrahima Sory Diallo.


Alors qu'aujourd'hui 10 mois seulement nous séparent de l'année 2025, l’acteur politique guinéen, Dr Ibrahima sory Diallo demande au gouvernement de Dr Bernard Goumou de re-ouvrir une concertation sur la question transitoire.

<<Il n'est pas aujourd'hui caché aux yeux de tout le peuple de Guinée, que les activités qui ont été planifiée par le MATD en commun accord avec la CEDEAO qui se chiffrent au nombre de dix, ces chiffres ne sont pas vraiment de mise. Donc si ça ne marche pas, il faut qu'on essaie d'alerter et qu'une concertation de large consensus soit vraiment recouverte pour qu'on puisse arriver à un consensus. Tout récemment, nous avons tenu une conférence de presse où nous avons demandé au gouvernement l'ouverture d'une relecture du chronogramme de la transition avec les enjeux majeurs. Voir ce qui a été fait et ce qui n'a pas été fait afin qu'on puisse remédier sur ce qui n'as pas marché. Mais si aujourd'hui on constate que rien ne bouge, on va essayer de recadrer les choses tout en demandant aux autorités de rouvrir de concertation sur la question transitoire. Raison pour nous d'interpeller non seulement le président de la république et le premier ministre qui est le garant de ce dialogue>> a recommandé Dr Ibrahima Sory Diallo

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap