Ousmane Gaoual décidé à retirer le tabouret à Cellou Dalein: « je suis candidat et je vais gagner »

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Hier vendredi 05 juillet 2024, le ministre porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo a réitéré son engagement pour la conquête de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), parti dirigé par Cellou Dalein Diallo.

Bien que « exclu » du parti, celui qu’on appelle affectueusement ”Gorko soussai qui signifie en poular l’homme doit oser” n’entend pas fléchir pour sa candidature à la Présidence, un fauteuil qu’il estime vide. Puisque, dit-il, le « mandat de Cellou Dalein est expiré ». D’ailleurs, il réclamé un congrès.

 « Il est légitime pour Cellou Dalein de prétendre qu’il peut diriger encore le parti. C’est son droit et c’est la légitimité. Le même droit qui lui est reconnu par les textes doit être reconnu pour tout un chacun d’entre nous. Ce que je demande, c’est d’aller au Congrès.

Comme c’est l’instance qui doit faire la décision, on se soumet à cet exercice-là à l’interne. Je ne demande pas autre chose. Je dis que je suis candidat et je vais gagner. Si on veut savoir, alors allez au Congrès. Parce que c’est plus simple. de questionner les responsables militants, que de s’arc-bouter derrière, je l’ai exclu, je ne l’ai pas exclu, ça c’est une fuite », s’est-il montré confiant. Indiquant que la base dit ne reconnaît plus Cellou dalein Diallo comme président de UFDG.

« Je l’ai dit tantôt, pour la parenthèse, tous les actes qui sont posés par Cellou Dalein, depuis le 30 décembre 2020, sont nuls et de nul effet. Pour la simple raison que quand vous perdez votre mandat, vous n’avez plus la légitimité ni la légalité pour acter au nom du président. C’est un procès démocratique de base.

Ce n’est pas parce que vous êtes président mais le fait que vous ne pouvez plus poser des actes. C’est pour ça que si on fait le parallèle avec le Sénégal, les Sénégalais ont tout fait pour que l’élection intervienne avant la fin du mandat légal du président sénégalais.

Parce que ça allait pousser le pays vers une transition.Ça, c’est une première chose ».

Pour lui, « la deuxième chose, c’est que nous devions déjà être en transition. Parce que les textes du parti disent que quand le président est absent, s’il doit faire plus de six mois, il doit désigner un intérim, il doit organiser des élections dans les six mois qui suivent son intérim », a-t-il rappelé lors de la conférence de presse.

Mayi Cissé 

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap