Nouvelle Constitution : « il n’y a aucune volonté de donner l’avant-projet »

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

La transition Guinéenne doit prendre fin au mois de décembre 2024, si en tout cas, on s’en tient aux engagements pris par le CNRD.

Sauf que depuis l’arrivée des militaires au pouvoir en septembre 2021, l’organe censée élaborer la constitution n’a toujours pas présenter le document.

Un retard de trop selon Abdoul sacko coordinateur du Forum des Forces Sociales de Guinée.

« Le CNT dans sa version actuelle n’a fait aucun travail quand à l’intérêt de la population, c’est un CNT qui a été mis en place uniquement pour accompagner les autorités de la transition dans le non-respect des engagements, mais aussi pour blanchir tout ce que ces autorités font en termes de dérapage sur le plan économique politique et social. C’est pourquoi, vous ne sentez pas le CNT quant à sa responsabilité d’organe de contrôle de l’action gouvernementale. D’ailleurs quand on voit la présentation de la politique général du gouvernement au niveau du CNT ou le passage des ministres, nous disons une fois encore que c’est une manière d’amuser la galerie. À chaque fois que le président du CNT fait des sorties par rapport à la publication de l’avant-projet de constitution, nous l’avons toujours dit c’est d’autres agendas qui sont cachés derrière, il n’y a aucune volonté de donner l’avant-projet de la constitution. Le CNT n’a pas pour rôle de travail d’être organe de législation ou de contrôleur de l’action publique, mais ce CNT a un rôle caché, qui est celui de voiler la face de la population sur les réalités de la transition », a laissé entendre Abdoul Sacko.

Par ailleurs, l’activiste soulève des incohérence dans les actions du CNT.

« Pour vous dire qu’ils sont toujours en contradictions, pendant qu’ils nous disaient qu’ils allaient nous donner au mois de mars passé cet avant-projet, au même moment, il y avait un atelier qui se déroulait à Kindia qui avait pour objectif, tenir compte de l’aspect droit de l’homme et des femmes dans la constitution. C’est pour vous dire qu’il n’y a que du théâtre, c’est une façon de tromper l’opinion, parce qu’ils y gagnent et essayent de préparer leur avenir politique et financier sur le dos de la population », a indiqué Abdoul Sacko.

Hadjiratou Bah

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap