N’ZÉRÉKORÉ : un litre d’essence se négocie entre 13 000 et 15 000 francs au marché noir

4 weeks ago 29

Une pénurie de carburant est signalée dans la capitale de la Guinée forestière depuis la soirée du vendredi 30 octobre 2020. Plusieurs stations de service sont à sec.

Les détenteurs d’engins roulants font la queue dans les rares stations où on trouve encore l’essence.

Sur les raisons de cette crise, on évoque le retard des citernes qui transportent le carburant dans la région.

Rencontré à une station de service, Amara Soumaoro, à la recherche du carburant, déplore : « Depuis ce matin, on a sillonné les stations de la ville. C’est seulement à la station Shell de Boma et là également ce n’est pas chose facile. Aujourd’hui, on veut se déplacer mais il n’y a pas de carburant à travers la ville ».

Un autre citoyen pointe du doigt le comportement des pompistes qui privilégient les détenteurs de bidons. « Je suis là depuis plus d’une heure et jusqu’à présent, je ne suis pas servi. Les pompistes prennent 10 000 francs pour remplir les bidons. C’est vraiment énervant », regrette Noël Lamah.

Bernard Loua, quant à lui, fustige le fait qu’un litre d’essence se négocie entre 13 000 et 15 000 francs guinéens au marché noir. « Je suis venu acheter de l’essence au marché noir, mais le prix qu’on m’a parlé est insupportable. On me parle de 13 000 à 15 000 francs guinéens le litre. Le Guinéen est méchant », estime-t-il.

De son côté, Mohamed Kanté, chef d’une station de service au quartier Boiro, estime que cette situation de pénurie est due à la situation que connait actuellement le pays après la présidentielle du 18 octobre dernier. « Ce n’est pas une crise en tant que telle mais c’est dû à la situation sociopolitique. Donc, les citernes peinent à venir. Pour satisfaire les clients, j’ai envoyé une citerne au dépôt afin qu’on puisse les soulager », assure-t-il.

Joint au téléphone, un travailleur au dépôt de carburant de N’zérékoré, a indiqué au Djely que quelques citernes sont arrivées avec du gazoil et celles qui transportent l’essence sont en route. « Ce n’est pas une pénurie comme certains le pensent », a-t-il expliqué.

Niouma Lazare Kamano, N’Zérékoré pour Ledjely.com

Lire L Article En Entier