N’zérékoré : le parquet sensibilise les administrateurs territoriaux à ne pas s’immiscer dans les affaires judiciaires

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

C’est une vieille pratique en Guinée. Souvent les administrateurs territoriaux s’érigent en juge pour statuer sur  les affaires judiciaires.

Une rencontre regroupant les présidents des délégations spéciales, et sous-préfets a eu lieu vendredi au tribunal de Première Instance sur initiative du procureur, près le tribunal de Première Instance de N’zerekoré.

Dans sa communication pour la circonstance, le procureur, Abdoulaye Komah a tout d’abord rappelé les limites des administrateurs territoriaux.

« Vous ne devrez pas vous immiscer dans les affaires judiciaires. Vous recevez un cas de viol, un cas de vol, même si vous avez un lien parental avec l’intéressé, essayez de le dire que moi je ne gère pas ça. Appelez Monsieur le procureur ou un officier de police judiciaire. Si vous dites que c’est l’enfant de votre grand-sœur,  si ça rebondit, on va poursuivre parce que tout est prévu dans le code pénal. Un tel comportement, c’est ce qu’on appelle entrave à la saisine de la justice,  » a fait savoir l’empereur des poursuites.

De son côté, le président du tribunal, Mamadou Saliou Diakité a abondé dans le même sens. « L’administration administre, le gouvernement gouverne et le juge juge. Et quand chacun fait comme ça, il n’y a pas de problème. Lorsqu’il y a une question qui concerne le domaine de justice, même si c’est une question aussi simple que ça, ayez le réflexe d’en informer votre hiérarchie, d’en informer Monsieur le procureur de la république en situations éventuelles qui pourront intervenir. Dès que ça dépasse votre domaine de compétence, en référer directement pour que cette fois-ci, l’autorité judiciaire puisse prendre la décision judiciaire qui se pose.

Administrer veut dire être plus près des problèmes et préoccupations des personnes que vous administrez.

Vous devrez les traiter. Mais traîter ne veut pas dire décider. La décision appartient à celui là que la loi a conféré de décider », a rappelé le président du tribunal de N’zerekoré.

En présidant ladite rencontre, le secrétaire général chargé des collectivités de la préfecture, Amara Kaba, a salué ce cadre d’information et de sensibilisation. Il a par ailleurs plaidé que ces genres de rencontres soient élargis au niveau des sous-préfectures.

« Je vous remercie pour votre franche collaboration. Je voudrais profiter de l’occasion, qu’il y ait extension de cet exercice.

Mais cette fois-ci de façon décentralisée. Si on organise les rencontres par sous-préfecture, en présence des présidents des districts et chef du quartier, qu’ils soient au même niveau d’information que les sous-préfets. Je pense que cela va contribuer davantage à les outiller. L’exercice est très ardu avec 10 sous-préfectures. Mais avec un planning on pourra réussir à le faire, » a plaidé Amara Kaba.

Quant aux administrateurs territoriaux, ils se disent satisfaits de ce cadre d’échange. Ils promettent donc de saisir désormais la justice pour les questions judiciaires.

Amara Souza Soumaoro, Correspondant régional à N’zerekoré

Tél : 621-94-17-77

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap