N’ZÉRÉKORÉ : le lancement d’un projet sur la promotion de la cohésion sociale mis à profit pour présenter un rapport sur les violences de mars 2020

2 weeks ago 20

Par LEDJELY.COMvendredi 16 juillet 2021 à 11:13

A l’occasion de lancement du projet d’appui à la promotion de la cohésion sociale dans les régions de N’Zérékore et de Mamou, par les responsables de OSIWA dans la région de N’Zérékoré, ces derniers ont profité de présenter les résultats des enquêtes menées par l’observatoire citoyen pour la justice et la paix suite aux violences du 22 et 23 mars 2020, survenues à N’Zérékoré lors des dernières élections couplées que la Guinée a connu.

Lors de cette présentation, ces militants pour la promotion des droits de l’homme, ont dénoncé des graves violations des droits de l’homme dans la région de N’Zérékoré pendant ces évènements douloureux des 22, 23 et 24 mars 2020, où ils ont même remis en cause le procès ouvert à cet effet, qu’ils ont qualifié du “procès du FNDC” et non des violences survenues à N’Zerekoré lors de ces élections couplées de mars 2020.

Selon Emmanuel Fassou Sagno, coordinateur régional de l’institution Open society initiatives for west Africa (OSIWA) et président de l’ONG Observatoire citoyen pour la Justice et la Paix, 36 personnes ont été tuées dans ces événements. 129 blessés 62 batiments, habitations, eglises boutiques, ateliers, vandalisés, 127 personnes interpelées avec transferement de 37 à Kankan, a-t-il déploré.

Parlant des auteurs de ces crimes, les résultats de ces enquêtes, mettent en cause les services de sécurité, certains citoyens et les donzo. Dans son exposé, le représentant d’OSIWA en région forestière a par ailleurs déploré l’inaction de la justice dans son travail surtout dans ce dossier des 22, 23 et 24 mars 2020, dont les victimes restent encore non satisfaits.

Prenant part à ladite cérémonie, le représentant des confessions religieuses a de son côté déploré la recrudescence des violences dans la région de N’Zérékoré. « La problématique relative aux conflits et la paix constitue une préoccupation majeure tant sur la scène nationale que sur le plan strictement régional en Guinée Forestière. Car, il y a une résurgence des conflits de nature interne de diverses dimensions. Tous ces conflits ont eu des conséquences fâcheuses sur la sécurité humaine, le développement humain et l’équilibre tant sociale que morale affectant à la fois des efforts de réduction de la pauvreté. Vue tout cela, une nécessité s’impose avec acquitté d’unir les efforts en vue de mettre fin à ces fléaux qui freinent notre développement », a martelé Abbé Jean Marie Guémou.

Pour le substitut du procureur près du tribunal de première instance de N’Zérékoré, l’importance de présenter ces résultats des enquêtes sur ces événements est de pouvoir tirer les leçons pour l’avenir, indique Marcel Malick Oularé. Nous nous sommes très favorables aux critiques car, c’est à travers ces critiques nous pouvons découvrir nos failles, des imperfections dans notre travail. Et cela nous permettra de tirer les leçons afin de mieux notre travail dans l’avenir, a-t-il ajouté.

Au nom des autorités régionales, le conseiller politique du gouverneur a tout d’abord remercié OSIWA pour son accord dans la mise en œuvre de ce projet. Sibs Koné a saisi l’occasion pour inviter la population le la Guinée Forestière à s’investir dans la recherche d’une paix durable dans la région.

Il faut dire qu’ils étaient des responsables des services de défense et de sécurité, des confessions religieuses, des chefs de quartiers, représentants des jeunes et de femmes, des institutions internationales et ONG locales de défense des droits de l’homme et des médias à prendre part à ladite rencontre.

Niouma Lazare Kamano, N’Zérékoré pour Ledjely.com

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap