Musique urbaine: de retour du Burkina Faso avec le Prix Marley d’Or Espoir 2024, Queen Rima passe un message au ministre guinéen de la Culture

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

À l’occasion d’une cérémonie de distinction (11 ème édition du Marley d’Or ndlr) qui a rassemblé plusieurs reggae-mans, au Burkina Faso, la star de la musique guinéenne Queen Rima s’est distinguée lors de ce rassemblement en remportant le Prix Marley d’Or espoir 2024. De retour à Conakry dans la soirée de ce mercredi 15 avril 2024, l’étoile montante de la musique guinéenne a exprimé toute sa joie et sa satisfaction de faire briller la Guinée à l’international.

À l’en croire, c’est un honneur pour elle et une reconnaissance qui prouve qu’elle est sur le droit chemin et qui lui montre qu’à travers la musique la Guinée peut briller au-delà de nos frontières.

Poursuivant, elle a fait savoir que des nombreux défis restent encore à relever. « Il y a mon album en préparation, on a amené ce trophée mais on ne va pas se limiter ici. Je compte redoubler d’efforts. Et là je suis avec mon Booker qui a beaucoup travaillé sur le booking et qui a calé beaucoup de dates sur le plan à l’international, parce qu’aujourd’hui c’est ça mon combat. Je ne peux pas être une artiste limitée seulement en Guinée. Donc je sais combien de fois la musique guinéenne est forte, quand tu essayes de faire le métissage avec les instruments traditionnels et le flow que j’ai ça marche et c’est ce que j’ai fait et ça a donné ».

Plus loin, la star de dance-hall qui apparaît sur chaînes et sur des podiums avec des tenues traditionnelles guinéennes trouve une fierté et une prise de conscience parce qu’il n’y a pas une meilleure valeur que notre originalité. « C’est ça qu’on peut vendre ailleurs. On ne peut pas aller en Jamaïque ou en France les convaincre avec leurs styles, il faut imposer ce qui est chez toi. Et depuis que j’ai compris et emprunté cette route là ça m’aide beaucoup », a-t-elle ajouté.

Pour finir, l’auteure du tube « La houn lé yolan » plaide le ministère de la Culture, du Tourisme et de l’Artisanat et plus particulièrement au nouveau ministre Moussa Moïse Sylla de venir en aide aux artistes. « On a besoin de lui, parce que des fois si on fait des voyages on a besoin d’un coup de main. Donc il faut qu’il nous assiste beaucoup sur ce point. (…) Alors ils n’ont qu’à nous venir en aide parce que ça c’est la cause de la Guinée ce n’est pas seulement Queen Rima ».

Mamadou Yaya Barry

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap