Mohamed Lamine Camara : « La Guinée à tous les signes d'un pays qui bientôt procédera à la planche à billets.»

3 months ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

DIAGNOSTIC: 


LA GUINÉE A TOUS LES SIGNES D’UN PAYS QUI BIENTÔT, PROCÉDERA À LA PLANCHE À BILLETS. 


À cause des difficultés financières que traversent les agents économiques en Guinée du fait

- de la pandémie Covid-19,

- de la situation d’incertitude occasionnée par la période de transition, 

- de l’abstention des opérateurs économiques à fonctionner dans cette situation d’incertitude, 

- du ralentissement des activités économiques et commerciales qui découlent de cette abstention, 

- des effets criquets du gelé de comptes à durée indéfinie pour le moment, 

- de la baisse des importations et des exportations, 

- de l’amaigrissement de l’assiette fiscale,

- de l’abandon des bailleurs de fonds, 

- de l’exclusion du pays dans des grands conventions comme par exemple l’AGOA, la CEDEAO….


Elle se trouve dans une situation financière dans laquelle, son seul issue (en faisant une analyse de sa position économique) serait de faire recours à la planche à billets pour financer son fonctionnement. 


C’est quoi, FAIRE MARCHER » ou « FAIRE TOURNER » LA PLANCHE À BILLETS? 

DANS UN FRANÇAIS FACILE, C’est une politique monétaire qui signifie qu’un État ou une banque centrale crée de la monnaie afin de financer son fonctionnement. C’est une politique monétaire très familiale qui consiste à utiliser une planche apposée contre du papier-monnaie, imprimant ainsi la valeur du billet. Dans le vrai sens du terme, la planche à billets signifie que la monnaie créée ne correspondra pas à une création de richesse.


L’une des meilleures façons de faire tourner cette planche à billets serait de créer des lignes de crédit, en rachetant des dettes, en accordant des crédits aux banques… Comme cela, la politique monétaire pourra permettre à l’État, de réinjecter cette monnaie dans l’économie ou de financer des politiques publiques rentables, capables d’assurer le bon fonctionnement du circuit économique. 


Mais lorsque l’ETAT procède à la planche à billets pour payer les salaires uniquement ou des dépenses improductives,  ÇA CONDUIT VERS LE CHAO. 


Dans ce style de figure, très rapide des conséquences désastreuses naissent. Elles sont entre autres: la baisse de la production, la spirale inflationniste, la baisse du GNF par rapport à la devise, la cherté de la vie, la dépréciation du panier de la ménagère, les soulèvements  populaires, la révolte des politiciens. 


Il ne serait pas honnête de ma part d’exclure la monter du prix de l’essence par ricochet du coût de transport, les loyers. Bref TOUT. 


Faut il rappeler que le moi de RAMADAN arrive aussi et que seul un gouvernement qui anticipe pourra sauver les Guinéens ?? Si non, ça sera l’un des mois de Ramadan , les plus difficiles que les guinéens auraient connu. 


En vrai dire, cette situation arrive souvent à un État qui veut tout faire en même temps pour avoir l’estime de la population ou soit, un gouvernement qui désire s’enrichir au détriment de sa population. C’est aussi un État qui a du mal à identifier ses secteurs de rentabilité, à les prioriser  et à s’exécuter convenablement. 


L’ÉTAT GUINÉE SERA LEQUEL DE CES DIFFÉRENTS TYPES ÉNUMÈRES?? L’AVENIR NOUS EN DIRA MIEUX. AU MOMENT OPPORTUN DES ANALYSTES SÉRIEUX AIDERONT LA POPULATION À TROUVER LA RÉPONSE. 


VIVE LA RÉPUBLIQUE

VIVE LE CNRD 

VIVE LA TRANSITION POLITIQUE DÉJÀ AMORCÉE. 

VIVE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION ET D’OPINION, POUR QUE VIVE UNE GUINNEE UNIE ET PROSPÈRE DANS SA DIVERSITÉ. 


Le serviteur du peuple, Mohamed Lamine CAMARA (MOLAC).

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap