Mise en place du CNT : l’erreur à ne pas commettre

1 week ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Après la prise du Pouvoir par le CNRD, des dizaines d’acteurs politiques et de la société civile ont vu leur peine de prison abrégé. S’en est suivi la publication de la Charte de la Transition, la composition du Gouvernement piloté par un Premier Ministre civil et le Pays se dirige progressivement vers la mise en place du Conseil national de la Transition. Ce qui nous ouvre ainsi la voie d’une transition politique ordinaire. Mais, sera-t-elle à la hauteur des exigences d’une République moderne ?

Au cours des 37 dernières années, la Guinée a enregistré trois prises de pouvoir par l’Armée. La première a permis de garantir aux populations la liberté d’entreprendre, le multipartisme intégral et la liberté d’association. La seconde a favorisé la ténue de la toute première élection présidentielle la plus animée. Malheureusement, ces deux époques n’ont pas permis au Pays de fonctionner correctement. La conséquence, nous revoilà dans une nouvelle transition.

De mon avis, la situation actuelle nous enseigne que les parenthèses politiques des années 80 et de 2010 ont été mal négociées et inachevées. Cela est dû du fait que dans le choix des Hommes, on s’est souvent trompé. Pour cette fois, il faut être vigilant. Le processus de mise en place du Conseil national de Transition ne doit pas perdre de vue le critère de probité. Je le dis puisqu’à travers le CNT, dont les missions se résument entre autres à l’élaboration d’un chronogramme, la fixation de la durée de la transition et la mise à jour du dispositif juridique. On voit aisément que c’est en grande partie l’avenir de la Transition qui est en jeu.

Il faut donc que cet organe ne soit pas un facteur de désorientation et de blocage. Les intentions partisanes ne doivent pas détourner la bonne marche de la Transition. En tout cas, si l’idée est de construire une République. Il est important de ne pas répéter les erreurs du passé. Le Conseil national de la Transition (CNT) ne doit pas être un organe partisan. Les hommes et femmes qui bénéficieront de la confiance de leur structure et du CNRD doivent retenir qu’ils sont en mission de sauvetage. Et donc leur orientation doit être conforme à l’intérêt du pays.

Et l’histoire retiendra le rôle que chaque acteur aura joué. Qu’on ne perde pas de vue cela !

 

Aliou BALDE : Membre du Comité Exécutif national du Parti GRUP

E-mail : [email protected]

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap