Menace de grève en Guinée : l’UFR en phase avec le mouvement syndical

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

La menace de grève générale et illimitée brandie par le mouvement syndical s’est invitée à l’assemblée générale hebdomadaire du parti Union des Forces Républicaines (UFR).

Opposés à ce qu’ils qualifient de gestion solitaire et arrogante de la transition en Guinée, les cadres de la formation politique partagent la démarche du mouvement syndical.

Et Tidiane Conté qui est monté au créneau, assure qu’ils vont accompagner le mouvement syndical dans son combat.

« Nous partageons les points de vue du mouvement syndical. Nous sommes d’accord avec eux, nous les accompagnons », a-t-il annoncé.

Tout de même favorable à une main tendue du CNRD pour éviter au pays une autre crise, le responsable politique pense que dans une gouvernance sous l’emprise de l’arrogance et de l’intimidation, le peuple finira par briser le silence.

« Notre souhait est que le gouvernement les écoute. Si vous ne dialoguez pas avec les gens qui peuvent faire avancer les choses, vous gouvernez par arrogance, vous gouvernez par l’intimidation, vous gouvernez avec les armes, à un moment donné la population va se lever », a-t-il prévenu.

D’après lui, le CNRD doit avoir une oreille attentive aux préoccupations de ses citoyens.

« Il faut que les autorités écoutent le peuple de Guinée, ils ne peuvent pas diriger la Guinée comme ils veulent, ce n’est pas possible. Même la communauté internationale est inquiète par rapport à ce qui se passe dans notre pays », a-t-il déclaré.

À cette allure, il n’est pas exclu que le peuple prenne ses responsabilités. D’où son appel à l’ensemble des forces vives de Guinée.

« Mais rassurez-vous, si les autorités de la transition n’écoutent pas le peuple de Guinée, le peuple de Guinée prendra ses responsabilités. Donc, il est temps que l’ensemble des forces vives de la nation se donne la main. Cette fois-ci, il faut qu’on se réveille pour dire aux autorités de la transition qu’ils ne peuvent pas conduire notre pays comme ils veulent », a-t-il conclu.

Alhassane Fofana

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap