Médiation médiatique : Secoue Pendessa toque chez le Doum-bouillant

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Le 2 juillet, le Syndicat des professionnels de la presse de Guinée a sollicité une audience avec le Prési de la transition. Le SPPG espère qu’un tête-à-tête avec Mamadi Doum-bouillant aboutira à la réouverture des médias fermés par la junte.

Les groupes Djoma-médias, Hadafo-médias et FIM n’émettent toujours pas. Leurs licences ont été retirées, pour non-respect des cahiers de charges, dit-on. Connu pour ses positions tranchantes et son inflexibilité, Secoue Jamal Pendessa, boss du SPPG, cherche désormais à discuter. Espérant sortir du chômage des centaines de professionnels des médias impactés par la fermeture de ces radios.

Il veut s’entretenir avec le Chef de la junte, le général Mamadi Doum-bouillant, pour lui « exposer les véritables raisons de la crise qui mine les médias. Près de 1000 travailleurs sont au chômage depuis que ces trois radios sont fermées. Cela impacte négativement leurs vies et celles de leurs familles. Nous mettons l’accent sur les conditions de vie de ces travailleurs, les emplois perdus et les conséquences sociales que cela pourrait engendrer », explique le secrétaire gênant du SPPG.

La demande d’audience a été déposée le 2 juillet au secrétariat gérant de la Présidence. Le retard de la réponse ne décourage pas Jamal. Il garde espoir qu’une rencontre avec Mamadi Doum-bouillant va régler le différend : « Cette crise va prendre fin dès que nous l’aurons rencontré. Nous en sommes convaincus.» Le syndicaleux croit même qu’une sortie de crise est proche : « Je pense que nous n’avons jamais été aussi proches d’une sortie de crise. Nous disons même à nos amis qui sont à l’intérieur du pays de préparer leur transport. La reprise, ce sera pour bientôt. » Amen !

Ousmane Gawa sabote la démarche

Pendessa et ses collègues du Syndicat attendent avec optimisme une audience présidentielle. Mais cet optimisme risque de s’affaisser comme un château de carte, du moins si cela ne tenait qu’à Ousmane, l’ex-Gawa de l’UFDG. Le porte-voix du goubernement a cherché à tourner en dérision la démarche du syndicaleux : « Je n’en sais rien du tout. Moi, si je veux être sérieux, si je vous adresse une lettre, je ne la publie pas. Est-ce que c’est un courrier qu’il a adressé à la Présidence ou une lettre ouverte qu’il a publiée dans les médias ? Ce n’est pas sérieux. Si on publie toutes les demandes d’audience adressées à la Présidence, on ne serait pas là. Dites au syndicat que c’est inapproprié. » Secoue Jamal Pendessa déclare que les discussions pourraient bientôt aboutir à la réouverture des médias concernés. Gawa l’infirme : « S’il dit que les débats sont avancés, cela veut dire qu’il rend compte d’une discussion qui n’a pas encore eu lieu. Il demande à rencontrer le Chef de l’Etat, mais dit en même temps que les discussions sont avancées. Il a discuté avec qui ? Il n’a rencontré ni le gouvernement ni le CNRD. Pour le moment, c’est lui seul qui parle. Il faut nous épargner ce type de spectacle. »

L’optimiste du syndicat risque de laisser place à la déception.

Yacine Diallo

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap