Médias : des travailleurs de la Rtg Boulbinet dans le viseur du ministre Somparé

2 weeks ago 25

Murs en décrépitude. Équipements obsolètes. Voici le spectacle désolant qu’offre la Rtg Boulbinet, génitrice de la Rtg Koloma depuis une dizaine d’années. Cette maison serait-elle artisan du sort qu’elle vit aujourd’hui ? Rien n’est moins sûr ! Du moins, à en croire le ministre de l’Information et de la Communication.

Dans l’émission Sans concession de Guinéenews ce week-end, Amara Somparé a confié que lorsque le bâtiment de Koloma a été réalisé et donné à la Guinée, les autorités de l’époque avaient envisagé de faire transférer toute la Rtg Boulbinet pour l’installer à Koloma.

« Dès le départ, le bâtiment de Koloma n’a pas été pensé comme une structure additionnelle qui venait s’adjoindre à la Rtg historique, plutôt comme une structure de remplacement, une structure de substitution. Donc, la Rtg Boulbinet a été carrément laissée pour compte en termes d’entretien, de maintenance et d’investissements infrastructurels. Et ça, je vous parle de 2006. Aujourd’hui, 15 ans plus tard, nous sommes sans investissement, 15 ans sans maintenance, 15 ans sans entretien. Voilà la situation dont j’ai hérité », a expliqué le ministre de l’Information et de la Communication.

Poursuivant, notre invité a indiqué qu’à l’avènement du président de la République au pouvoir, le gouvernement a, au compte du projet de transition numérique, prévu d’intégrer une composante qui viserait à reconstruire entièrement Boulbinet, à le rééquiper avec des équipements modernes pour en faire le deuxième éditeur national, c’est-à-dire la Rtg2.

« Malheureusement, le financement est toujours en souffrance. Nous n’avons pas pu le débloquer. Et donc, l’investissement de plusieurs millions de dollars qui devraient être mobilisés pour relancer Boulbinet n’a pas pu être obtenu. J’ai pu faire des interventions d’appoint. La Radio Kaloum Stéréo (Rks) a pu être relancée. Aujourd’hui, elle tourne. C’est vrai qu’ils sont dans des locaux qui sont malheureusement un peu délabrés. Mais nous faisons ce que nous pouvons avec le peu de moyens que nous avons pour entretenir l’infrastructure », a avoué Amara Somparé.

Grave accusation contre les travailleurs de Boulbinet 

Aux dires du ministre Somparé, le personnel de Boulbinet n’a pas été d’une grande assistance.  Et à notre invité de se justifier. « Quand le contrat de la transition numérique a été signé et qu’ils ont appris qu’un investissement devait être réalisé pour refaire complètement le bâtiment, ils ont cannibalisé le matériel existant. Il y a des mixeurs qui ont été enlevés, des tables de mixage. Il y a tout un tas de matériels techniques qui ont disparu. Parce que quand je suis venu, j’ai fait un tour d’inspection. Et même les caméras n’étaient pas là. Toutes les caméras étaient dans la nature. Les techniciens avaient pris les caméras et étaient partis vendre leurs services ailleurs », a révélé le ministre de l’Information et de la Communication.

Aujourd’hui, il déclare avoir relancé la radio et la télé qui fonctionnent tant bien que mal. Tout en avouant que cette télé n’est pas encore sur satellite, Amara Somparé a dit y travailler.

« Aujourd’hui, si vous allez sur Canal+, vous verrez que la place de Rtg2 est prévue au 246. Nous sommes en train d’attendre des équipements avec dans le cadre d’un partenariat avec Canal+ pour aménager un plateau principal au moins pour un journal et des émissions. Et bientôt, nous pourrons, avec un certain nombre de prêts à diffuser, occuper l’antenne sur le canal 246 », a-t-il annoncé tout informant avoir commis l’inspecteur général du ministère pour mener ses enquêtes.

Au terme de ces enquêtes, un rapport aurait été établi et le rapport transmis à qui de droit pour les dispositions à prendre. Autant dire que la procédure est déjà en cours.

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap