Massacres du 28 septembre 2009 en Guinée : Voici le cri de cœur de l’AVIPA à l’endroit des nouvelles autorités

3 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

L’Association des Victimes Parents et Amis des massacres du 28 septembre 2009 demandent aux nouvelles autorités de faire le procès du 28 septembre une réalité. Dans la commémoration de l’an 12 de ces crimes à la maison de la presse ce mardi, la présidente de l’AVIPA fustige le manque de volonté du précédent régime à tenir ce procès et qualifie l’avènement du CNRD comme une délivrance.

C’est avec un ton émotionnel que la présidente de l’association des victimes parents et amis du 28 septembre a lu une déclaration commémorant la douzième année des massacres et viols dans le stade du même nom.

 L’avènement du comité national de rassemblement pour le développement qui prend la justice comme une boussole est considéré selon cette responsable comme une délivrance. Nous avons accueilli la prise du pouvoir du CNRD comme une délivrance et ce, pour une centaine de victimes qui peinaient à savoir à quel saint se vouer, car après 12 ans de douleurs, de peines, d’intimidations, de beaux discours et de promesses, on espère enfin avoir un dénouement à ce procès que nous avons tant tardé à voir.

 

 Nous avions foi, nous avons toujours gardé espoir qu’un jour ce procès se tiendrait et aujourd’hui grâce au CNRD et au Colonel Mamady Doumbouya qui ne manque pas de souligner à la moindre occasion que la justice sera sa boussole, nous fondons tout notre espoir en lui, afin que ce procès soit une réalité, que les victimes reposent enfin en paix et que les survivants soient rétablis dans leur droit. Que cette commémoration soit la dernière avant le procès. Nous demandons aux nouvelles autorités qu’elles tiennent ce procès et qu’il ne soit pas un simulacre de procès » a affirmé Asmaou Diallo, présidente de l’AVIPA.

Ainsi, l’association invite les autorités à tenir ce procès dans un bref délai. « Les nouvelles autorités doivent faire de la justice leur boussole. L’espoir est en train de renaître pour que ce procès ait lieu, c’est le moment de demander aux parents des victimes de patienter un peu certainement le procès aura lieu.

 

La tenue du procès des massacres du 28 septembre doit constituer une leçon pour tous les guinéens » ajoute pour sa part maitre Alpha Amadou DS Bah, l’un des avocats des victimes.

Pour des précisions, dans ce dossier, il y a eu 13 inculpations de hauts responsables militaires et après l’ordonnance de renvoi, 11 personnes sont présumés auteurs de ces massacres et qui attendent le procès depuis 2017.

 

Hafsatou Léno, guineetimes.com

   
Lire l article complet
Articles - News - SiteMap