Lutte contre le VIH/SIDA en Guinée : MSF projette son film de sensibilisation ‘’Mon histoire, ma vie’’...

1 week ago 18

CONAKRY-Médecins Sans Frontières (MSF) a projeté, ce mercredi 2 juin 2021, son film intitulé ‘’Mon histoire, ma vie’’. C'est un film qui vise à sensibiliser les citoyens sur l’importance de faire le dépistage VIH/SIDA et à accepter son statut.

‘’Mon histoire, ma vie’’ retrace le parcours d’un couple guinéen qui se bat contre le VIH/SIDA dans son foyer. Par peur d’être stigmatisé et discriminé, le père de famille qui cachait son statut de personne vivant avec le VIH/SIDA, a malheureusement fini, par succomber tout en contaminant son épouse.

Outre certains responsables de MSF, la projection de ce film a rassemblé des activistes impliqués dans la lutte contre le VIH/SIDA en Guinée, des acteurs de la santé, mais également de citoyens anonymes. L'évènement a eu lieu au CMC (Centre médical communal) de Matam. La projection de ce film de sensibilisation contre le VIH, a été suivie de débat.

Dans son intervention de circonstance, le Responsable du département communauté patient support chez Médecins sans frontières, a expliqué l’importance de ce film, qui, selon Sékou Tidiane Touré, permet de sensibiliser les citoyens sur les conséquences de la stigmatisation et la discrimination des personnes vivant avec le VIH/SIDA.

« Ce film reprend toutes les préoccupations rencontrées dans la prise en charge du VIH/SIDA en Guinée. (…) Ce film est un outil de sensibilisation des citoyens sur les conséquences liées à la stigmatisation et à la discrimination des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Il encourage la promotion de l’annonce et surtout la possibilité pour les personnes vivant avec le VIH/SIDA de vivre le plus longtemps possible avec leur statut. Parce qu’aujourd’hui en Guinée, le traitement du VIH/SIDA est 100% gratuit », a expliqué le Responsable du département communauté patient support chez Médecins sans frontières.

‘’Mon histoire, ma vie’’ est un  film produit par Médecins sans frontières. Le scenario a été écrit par les équipes de MSF, mais les acteurs sont des artistes et comédiens.

"Le scénario de ce film a été rédigé par l’équipe de Médecins sans frontières (MSF), mais il a été réalisé par des artistes et comédiens qui sont passés par MSF il y a quelques années. On les a formés pour qu'ils deviennent, au même titre que MSF, des acteurs de la lutte contre le VIH/SIDA en Guinée. A partir d’aujourd’hui le film est disponible, n’importe qui pourra le prendre, le partager à sa guise », a précisé Sékou Tidiane Touré.

En Guinée, la prise en charge du traitement du VIH/SIDA est totalement gratuite, a précisé pour sa part, Dr Souleymane Challoub, Médecin à la décentralisation du projet VIH, tuberculose à Médecins Sans Frontières (MSF). Il  a annoncé que le projet SIDA piloté par MSF appuie 7 structures sanitaires dans la capitale guinéenne.

« Actuellement, nous appuyons sept (7) structures sanitaires à savoir : le Centre Médical Communal de Coléyah, le CMC Minière, le CMC de Flamboyant, les Centres de santé de Gbéssia, Tombolia, Wanindara et Dapompa. Les antirétroviraux (ARV) que nous utilisons pour traiter le VIH sont gratuits et ces médicaments sont disponibles dans toutes ces sept (7) structures sanitaires. Toujours dans la prise en charge, il y a d’autres médicaments qu’il faut prendre en compte, c’est-à-dire les médicaments contre les infections opportunistes, des maladies que toute personne peut avoir sans que ce ne soit grave. Mais quand une personne ayant le VIH/SIDA contracte ces maladies, ça devient très compliqué pour elle. Alors, il y a des médicaments contre ces maladies  que nous donnons gratuitement grâce au projet VIH/SIDA », a annoncé Dr Souleymane Challoub.

A la fin de la projection de ce film ‘’Mon histoire, ma vie’’, les participants n’ont pas manqué de donner leurs appréciations. C’est le cas de Kadiatou Bobo Baldé. Selon cette activiste impliquée dans la lutte contre le VIH/SIDA en Guinée, ce film met à nu les problèmes auxquels sont confrontées les personnes vivant avec le VIH/SIDA.

« Ce film nous a servi beaucoup de leçons. Parce que ça prouve que dans les structures sanitaires, il y a des droits des patients qui sont bafoués, ce ne sont pas tous les médecins qui appliquent les règles qu’il faut. Il faut que les personnes vivant avec le VIH/SIDA acceptent leur statut parce que si les gens refusent d’accepter leur statut, le traitement ne va pas réussir. La stigmatisation joue beaucoup sur le traitement des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Souvent, le volet psycho social n’est pas bien tenu. Ce qui impact négativement le traitement du patient », a témoigné cette activiste.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap