Lutte contre la Covid-19 : Le CA de la Chambre des Mines de Guinée et ses partenaires se retrouvent pour hamoniser leurs stratégies

2 weeks ago 26

Les membres du Conseil d’Administration (CA) de la Chambre des Mines de Guinée (CMG) se sont retrouvés ce lundi 9 novembre à son sis à la cité ministérielle à Conakry.

En présence des partenaires, ils ont passé en revue les comptes de l’exercice 2019 avant de prendre des décisions en faveur des protocoles, des accords et des perspectives

Dans son intervention, Ismaël Diakité, le Directeur Général Adjoint de la Société Minière de Boké (SMB) et également président de la Chambre des Mines de Guinée a rappelé qu’ils ont été aux premières heures de la Covid-19 un partenaire de choix auprès de l’Etat et de la communauté en contribuant financièrement à l’effort du gouvernement à travers l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS) mais également, en prêtant toute sa réflexion dans le cadre de la lutte contre la pandémie Covid-19, son expansion, sa prévention ainsi que sa prise en charge.

«Au niveau de la communauté, nous avons travaillé à travers nos missions de sensibilisation de nos différentes structures mais également, nous avons apporté de l’aide matérielle aux communautés. Mieux, nous avons mis en place des arrangements qui permettent la moindre exposition des travailleurs afin de limiter la propagation du virus. La lutte continue et de plus en plus, nous essayons d’adapter nos politiques et nos approches pour contenir la propagation, assurer une meilleure prévention et une prise en charge (…)», a-t-il expliqué.

Interrogé, Abdoulaye Wone, Coordinateur Santé publique à l’Organisation Internationale de la Migration (OIM)-Guinée a affirmé que cette réunion du CA de la CMG s’inscrit dans le cadre du partenariat entre les organisations internationales notamment la Banque Mondiale (BM), l’OIM, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le gouvernement et des secteurs privés de Guinée représentés par la CMG.

Poursuivant, il a indiqué que c’est un partenariat appelé SMART pour sécuriser la mobilité et les approvisionnements inter-régions et frontaliers.

«Avec cette pandémie Covid-19, il y a eu beaucoup de restrictions liées à la mobilité entre les frontières mais également de Conakry vers l’intérieur pays. Cela a eu un impact non négligeable sur les secteurs socio-économiques de la Guinée. C’est pourquoi, nous avons voulu proposer une approche d’équilibre qui permet de laisser les gens bouger et sans risque de propagation de la maladie», a-t-il dit.

Il a annoncé que ce partenariat permettra de mettre en place un peu partout en collaboration avec l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS) des points de dépistage qui vont faciliter le transfert et la mobilité des personnes. «Mais également, des applications téléphoniques et tout un aéropage de mécanisme pour permettre une mobilité sûre mais aussi, pour les personnes essentielles et les services», a-t-il fait savoir.

Et d’enchaîner : « nos attentes, c’est de proposer ce modèle pour la Guinée mais également pour les pays voisins. Le projet va durer 22 mois, il a quatre piliers d’intervention et a un certain nombre de projets à l’intérieur.

Nous espérons qu’au bout de ce temps, en fonction de la situation épidémiologique, il est également possible de renouveler le projet en fonction des besoins et des moyens. Le budget estimatif du projet global est de 5 millions de dollars. Il est mis en œuvre au fur et à mesure de la mobilisation des fonds».

Dans la même logique, M. Wone a fait savoir que pour le moment, avec les différents partenariats, ils sont à un million et quelques dollars mobilisés.

D’après lui, ce montant a permis non seulement d’appuyer l’Aéroport International de Conakry mais aussi, a mis les cabines de dépistage sur l’ensemble des frontières terrestres.

«L’objectif est que d’ici fin décembre 2020, nous puissions boucler 75% du budget du projet et nous pensons qu’avec le plaidoyer qui a été fait par le CA de la CMG, les entreprises minières de la Guinée individuellement sous autorité de la CMG, pourront participer de manière active et significative pour la réalisation des objectifs de ce projet», a-t-il déclaré.

Prenant la parole, Dr. Eugène Kaman Lamah, Coordinateur du Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) a fait remarquer qu’il a été question de mutualiser leurs activités avec la CMG mais aussi, de décliner le niveau des sociétés minières pour la prise en charge effective et inclusif des cas de palu au niveau de la communauté. «Le vecteur du paludisme, c’est le moustique l’anophèle qui se reproduise dans la flaque d’eau. Il faut amener les communautés à comprendre et avoir un droit de regard sur leur environnement (…)», a-t-il fait comprendre.

Lire L Article En Entier