LITTÉRATURE : le journaliste Yamoussa Sidibé dédicace ses deux ouvrages

2 weeks ago 17

Le journaliste-écrivain Yamoussa Sidibé a dédicacé ce jeudi 7 janvier 2021 ses deux ouvrages intitulés : Les balafres du pouvoir et Les écumes de la rancœur, tous édités par les éditions Harmattan-Guinée. La cérémonie a eu lieu au Centre culturel franco-guinéen, à Conakry.

Les balafres du pouvoir, composé de 169 pages, est un titre provocateur, selon l’auteur, « écrit entre 2004 et 2005 qui parle de la situation politique guinéenne même si l’auteur s’est réfugié dans le moyen-âge pour écrire l’histoire. En 2005, il y a eu une certaine déliquescence des structures de l’État, les fondamentaux de l’État s’affaissaient (…) Les balafres du pouvoir est une histoire racontée au passé mais qui parle du présent. C’est aussi l’histoire d’un autocrate, d’un monarque qui gère le pays comme il le veut, qui gère le pays selon son humeur, qui est incapable de lire, de comprendre que l’autre en face peut détenir la vérité. C’est un monarque qui gère le pays comme il le semble. Dans cette question fantaisiste, cette gestion autocritique du pouvoir va conduire une partie de son peuple vers l’exil. Une autre partie qui va rester va subir le poids ou la pression des gens qui viennent de l’extérieur pour exploiter les ressources minières qui sont là ».

Parlant de son second ouvrage, Les écumes de la rancœur, composé de 192 pages, l’auteur a expliqué que c’est un roman tiré  de la vie d’une célèbre esclavagiste, Nyarra Belly (mariée à Louis Lightburn, fondateur de la Slave Trading Family). Les écumes de la rancœur offre un tableau représentatif de la traite négrière  sévissant en Guinée au cours du XIXe siècle. « C’est l’histoire d’une jeune fille qui grandit dans un village qu’elle aime bien. Mais malheureusement, ce village est attaqué par les esclavagistes qui enlèvent son frère, qui tuent ses parents. La jeune fille est excédée par la paralysie, le fait que les autres villageois ne réagissent pas. Elle réagit effectivement, elle va trouver celui qui est responsable de l’attaque de son village, le tue et ramène son corps. Mais cette jeune a été accusée de sorcellerie par son propre village. En procès, on lui refuse de parler, on lui refuse de se défendre, on lui subit toutes les accusations, son village autorise son humiliation, son village autorise qu’on la viole. A la fin, elle réussit à s’échapper du village. Elle grandit, elle réussit à constituer une grande armée, elle conquit un vaste territoire et elle devient reine. Mais c’est une reine qui repose son pouvoir sur la vente de l’être humain. Et quand on lui demande pourquoi elle fait ça, elle répond qu’elle ne se considère que comme femme d’affaires. L’être humain qu’elle vend n’est qu’une marchandise », a décrit l’auteur.

« Ces deux livres racontent les histoires du passé, mais se situent dans le présent. Ce sont des histoires écrites pendant une période mais pas pour une période, c’est pour toutes les périodes », a ajouté Yamoussa Sidibé.

« Nous allons accompagner vos ouvrages dans les collèges, lycées et universités de Guinée« , a promis à l’auteur le directeur de la maison d’éditions Harmattan-Guinée, Sansy Kaba Diakité.

Balla Yombouno

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap