Le RPG après Alpha ? Au moins cinq embûches !

4 days ago 16

La rumeur a couru, puis la nouvelle s’est confirmée. Au moment où le premier gouvernement de l’après 18 octobre est le plus attendu, le RPG décide de sillonner le pays pour remercier ses électeurs. Dr Mohamed Diané, ministre d’Etat chargé des Affaires présidentielles, ministre de la Défense nationale,  accompagné de la ministre de l’Enseignement technique, Zénab Dramé « Nabaya » a tenu la réunion de Kankan salle comble. Dr Diané a transmis le message traditionnel : « Le président me charge de vous dire qu’il est content de vous. En 2020, trois élections ont été organisées en Guinée, à savoir le référendum, les législatives et la présidentielle. Vous savez tous dans quelles conditions se sont passées ces élections. On a dit que vous ne soutenez plus le RPG parce qu’il n’a pas travaillé. Mais après toutes ces diffamations, vous les militants, vous avez honoré le RPG. Pendant toutes ces trois élections, le RPG a toujours franchi la barre des 90% en Haute Guinée. Cela montre que vous êtes dignes et que vous tenez vos promesses. C’est pour cela que le professeur Alpha Condé nous a délégués pour venir vous remercier, vous les militants et militantes de Kankan. Vous avez honoré le parti, vous avez honoré Alpha Condé. »

Dans la forme, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Dans le fond, rien, ou presque, n’est encore réglé. Dr. Diané le sait qui balance la chose à ciel ouvert. Le médecin met le doigt sur « la vraie mission» qui l’a conduit à Kankan. En public : « Dans ce premier mandat de la quatrième République, beaucoup de travail doit être fait par le Professeur. Ces travaux ne peuvent pas être accomplis si les capacités du parti ne sont pas renforcées. On doit tout faire pour que le RPG ne finisse pas comme le PDG. Le président Ahmed Sékou Touré s’est beaucoup battu pour la Guinée et l’Afrique, mais lorsqu’il est mort tout le monde sait aujourd’hui comment est le parti PDG. Après Sékou Touré, Lansana Conté aussi est venu avec le PUP. En ce moment tout était PUP, il n’y a pas de choses que les militants du RPG n’ont pas subies avec le PUP. Mais le Général Conté est mort et le PUP est presque fini. Le Professeur Alpha Condé a dit au début de son combat qu’il veut que le RPG soit comme l’ANC, le parti de Nelson Mandela en Afrique du Sud, pour que le jour où il ne sera plus là, les jeunes et les femmes du RPG soient là pour montrer que le RPG ne peut pas mourir. » Puisque Dr. Diané semble adorer la vérité,  on va lui en énumérer quelques-unes,  cinq en l’occurrence :

La première est un paradoxe. Au moment où le Président Condé tarde à grimper autrement pour former un nouveau gouvernement, le RPG du 12 janvier 2021 semble aussi faible que le PUP du 20 décembre 2008, alors entre les mains tremblotantes d’un Général à bout de souffle, même s’il ne tenait plus que par la somme des acquis historiques et démocratiques de son régime vacillant. Le successeur d’Ahmed Sékou Touré aurait pu, aurait dû mieux faire. Hélas ! Mais, au jour du jugement dernier, il aura quand même quelque chose à montrer. Au jour d’aujourd’hui, Alpha Condé est en net recul. Le Professeur n’a pu sauvegarder les acquis de la démocratie du militaire !

La deuxième vérité exprime un non-sens. Après 40 ans de lutte pour la liberté et la démocratie, Alpha arrive au pouvoir pour nager à contre-courant de l’histoire. Quelle mouche l’a-t-il piqué ? Nul ne semble le savoir, mais il veut prendre la Guinée là où Sékou Touré l’a lésée le plus. Pour opérer un impardonnable retour en arrière, Alpha entreprend de tirer un trait sur le peu de liberté et de démocratie qu’avait légué Conté.  Il  émascule les institutions républicaines pour mettre en coupe réglée le pays, son économie, sa culture, son système éducatif et j’en passe. En mesure-t-il le gâchis, l’absurdité, la résistance potentielle qu’il aura provoqués ? En 2010, son accession au pouvoir a été facilitée par l’espoir que la Guinée souhaitait y trouver. « Plus jamais, ça » globalisé ! De Wo fatara à Cheytane 75, en passant par les normes et les camps de concentration ! Le Sorbonnard devrait y veiller. Que nenni !

La troisième vérité est une flèche de Diané à Alpha. La simple évocation du nom de Mandela devrait rappeler au Président Condé son échec lamentable de se mesurer à Nelson Mandela, encore moins à Barack Obama que le ministre de la Défense n’a même pas évoqué. Diané dit explicitement : « Le Professeur Alpha Condé a dit au début de son combat qu’il veut que le RPG soit comme l’ANC, le parti de Nelson Mandela en Afrique du Sud…» A la fin, en 2021, Alpha dit quoi, exactement ? Depuis quand il n’en parle plus ? La rumeur de Conakry reprend tout son sens quand elle dit que Diané s’est légitimement préoccupé de l’après Alpha. Au compte de qui ?

La quatrième vérité relève d’un faux pas. On ne fait pas attendre la formation du premier gouvernement de la 4è République pour aller remercier ses électeurs. On se place au-dessus de la mêlée pour former un gouvernement national dont les actions constituent des remerciements au peuple tout entier. Y compris les mauvais électeurs de l’autre côté. Abraham Lincoln avait dit que l’on ne saurait venir à bout d’un « gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.» Des remerciements « tribaux, » donc sectaires, adressés aux électeurs « locaux » par des ministres « ressortissants » ont toutes les malchances de diviser plutôt que d’unir. Persister dans cette voie revient à remettre en cause le sens de la majorité sur laquelle la démocratie fonde sa légitimité. Au sortir de la présidentielle du 18 octobre 2020, suivie des proclamations des résultats que l’on sait, Alpha Grimpeur n’a aucun intérêt à aller dans ce sens. Dr. Diané, non  plus, si jamais il souhaite la survie du RPG.

La cinquième raison est fondée sur un bluff politicien. Mohamed Diané rappelle qu’en  «2020, trois élections ont été organisées en Guinée, à savoir le référendum, les législatives et la présidentielle. Vous savez tous dans quelles conditions se sont passées ces élections. On a dit que vous ne soutenez plus le RPG parce qu’il n’a pas travaillé… » Tout le monde connaît, mais quasiment personne ne perce l’abcès. On sait que s’il n’y avait pas eu de couplage entre les législatives du RPG et le référendum constitutionnel, le sort de celui-ci aurait été scellé en termes de taux de participation. Il n’est pas décent pour Diané de se fonder sur « les 90 % des voix » que Kankan a données à Alpha pour parler de l’avenir de cette formation politique. Comme il le dit, « tout le monde sait ce qui s’est réellement passé. » Quand Alpha a vu les foules derrière Dalein en Forêt, le degré de violence est monté d’un cran. C’est là que le Chef de l’État est réellement entré en campagne. Sur insistance de la Première Dame, Kankan a pris la douloureuse décision de mettre un bémol momentané sur les résultats catastrophiques de la Gouvernance grimpante pour voter Alpha et tricher en sa faveur. La démocratie, la liberté et le bon sens n’ont eu de choix que celui ont trébucher aux portes de Tokounou. Cellou Dalein, sa suite et tout espoir de voir le RPG sur les traces de l’ANC ont foutu le camp.

En tout état de cause, Mohamed Diané doit répondre à sa propre interrogation : « On doit tout faire, insiste-t-il, pour que le RPG ne finisse pas comme le PDG… » Que mettra-t-il dans ce « tout » pour que le RPG survive à Alpha Condé ? Homme de science, s’il souhaite sincèrement que le RPG survive à Alpha, il doit fonder son analyse non pas sur du sable mouvant, mais sur la vérité historique. Sûr que tout n’est pas perdu puisqu’on n’a pas encore entendu Amadou Damaro Camara, l’autre piège du puzzle auquel la Guinée et Alpha  font face. Collectivement. Séparément. A moyen et long termes. S’il vous plaît !

DS

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap