Le président Macron sur la liste des cibles potentielles du logiciel espion Pegasus

1 week ago 14

Des numéros du président français Emmanuel Macron et de membres du gouvernement figurent sur une liste de cibles potentielles du logiciel Pegasus, utilisé par certains États pour espionner des personnalités, a déclaré mardi Laurent Richard, directeur de l’organisation Forbidden Stories, confirmant une information du journal Le Monde.

Selon le journal Le Monde, l’un des numéros de téléphone du président Emmanuel Macron, ainsi que celui de l’ancien Premier ministre Édouard Philippe et de 14 membres du gouvernement, figurent « dans la liste des numéros sélectionnés par un service de sécurité de l’État marocain, utilisateur du logiciel espion Pegasus, pour un potentiel piratage ». 

Le numéro du président Macron aurait été saisi en mars 2019 par un opérateur au sein des services du royaume chérifien.

«On a trouvé ces numéros de téléphone, mais on n’a pas pu faire d’enquête technique évidemment sur le téléphone d’Emmanuel Macron » pour vérifier s’il a été infecté par ce logiciel et donc «cela ne nous dit pas si le président a été réellement espionné», a expliqué le directeur de Forbidden Stories, sur la chaîne d’info LCI. Mais selon lui, que le président ait été ou pas espionné, cela « montre en tout cas qu’il y a eu un intérêt de le faire».

«Si les faits sont avérés, ils sont évidemment très graves. Toute la lumière sera faite sur ces révélations de presse», a réagi la présidence, interrogée par l’AFP pour savoir si le chef de l’État avait été «potentiellement espionné» via Pegasus.

De son côté l’entreprise israélienne NSO – qui commercialise Pegasus – assure que jamais le président français n’aurait pu être pris pour cible, mais là encore impossible de vérifier les dires, car la firme n’a pas accès aux données de ses clients.

Dans un communiqué transmis au «Projet Pegasus», NSO affirme que : «Emmanuel Macron n’a pas, et n’a jamais été, une cible ou sélectionné comme telle par des clients». Mais NSO ne précise pas sur quoi se base cette affirmation.

Une affaire qui suscite l’embarras…

Embarras d’abord parce que le Maroc est un allié indéfectible de la France. C’est à Rabat qu’Emmanuel Macron a effectué son premier déplacement hors d’Europe après son élection, dans la continuité de ses prédécesseurs, et le chef de l’Etat français garde d’étroites relations avec le royaume. Selon nos informations, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a reçu lundi soir son homologue marocain.  

Embarras aussi parce qu’Emmanuel Macron pourrait avoir fait preuve d’imprudence en continuant à utiliser le téléphone qu’il avait avant son arrivée au pouvoir en plus des téléphones cryptés mis à sa disposition. 

Des vérifications sont menées pour détecter si le logiciel Pegasus a bien été utilisé sur le téléphone du président.

D’autres politiques français ont été ciblés…

Parmi eux, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian, l’ex-ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ou encore le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Des parlementaires ou personnalités politiques françaises sont également ciblés. Oui l’ancien Premier ministre Edouard Philippe ainsi que 14 membres de son gouvernement 

Egalement ciblés, des proches du chef de l’Etat comme Alexandre Benalla ou son conseiller Afrique Franck Paris. Chez la plupart, c’est pour le moment silence radio, seul l’ancien ministre François de Rugy a réagi en demandant des « explications » au Maroc. Pour sa part l’ancien patron des députés En Marche Gilles Le Gendre, lui aussi ciblé, « dénonce l’extrême gravité de cet espionnage à grande échelle ».

10 000 numéros mis sur écoute par le Maroc

Selon les enquêteurs des différents médias qui ont travaillé sur cette affaire Pegasus, on le rappelle, l’Etat marocain est un utilisateur de ce logiciel espion. Ce que Rabat a démenti lundi. Le Maroc aurait mis sur écoute environ 10 000 numéros dont 10% en France.

Autre information concernant le Maroc, venant cette fois de la cellule d’investigation de Radio France, partenaire du consortium de médias internationaux, le roi Mohammed VI lui-même et son entourage serait sur la liste

Forbidden Stories et l’association Amnesty International ont obtenu une liste de 50 000 numéros de téléphone sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016 pour une surveillance potentielle et l’ont partagée avec un consortium de 17 médias qui ont révélé son existence dimanche.

L’espionnage entre États, une pratique qui n’est pas nouvelle

Après la chancelière allemande Angela Merkel et l’ancienne présidente du Brésil Dilma Rousseff, des documents de la NSA mis en ligne en 2015 par WikiLeaks révèlent l’étendue de la surveillance du renseignement américain en France. Paris, le plus vieil allié des États-Unis comme aime le souligner à l’époque l’ancien président Barack Obama.

Pendant au moins six ans, trois présidents, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande ont été écoutés. Mais aussi toutes les strates de l’administration française : des ministres aux conseillers, en passant par les diplomates.

Après ces révélations, la Maison Blanche est contrainte de préciser à la présidence française qu’elle n’est plus écoutée. Barack Obama promet même d’en finir avec ces pratiques. L’affaire fait grand bruit, elle suscite un embarras diplomatique, des discussions qualifiées de « franches » entre les deux dirigeants, mais pas de véritable brouille.

À Berlin aussi, l’enquête est classée rapidement. «L’espionnage entre amis ça ne se fait pas», avait déclaré à l’époque la chancelière. Pourtant, ce renseignement a toujours existé et l’ensemble des pays espionnés a choisi de faire profil bas.

Rfi

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap