Le Premier ministre Mohamed Béavogui parle : « Notre rôle est de délivrer les résultats attendus par la Transition »

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Nommé Premier des ministres de la Transition le 6 octobre, Mohamed Béavogui a fait une sortie médiatique ce 7 octobre, dans l’émission Mirador de FIM FM.

Il a exprimé ses sentiments suite à sa nomination : «J’ai accueilli cette nouvelle avec beaucoup d’émotion et de reconnaissance au Président du CNRD, Président de la république. C’est un moment historique pour notre pays. Notre histoire est jalonnée d’énormes difficultés. Nous n’avons pas pu encore construire la Guinée normale que nous voulions. Nous avons une opportunité et la providence a voulu que je sois là aujourd’hui, pour y contribuer. Ce que cela représente pour moi, c’est d’abord un appel à être plus humble, à me soumettre à tout que ce peuple exprime comme espoir. Vous avez vu le 2 octobre, les sorties spontanées, les accolades et l’espoir. Cet espoir, nous devons l’incarner. C’est une grande responsabilité que je mesure à sa juste valeur».

Quels critères auraient convaincu le colonel Laye-M’a-dit Doum-bouillant pour sa nomination par rapport à d’autres premiers-ministrables ? Le nouveau PM, diplomagiquement, estime que la question aurait dû être posée au colonel Laye-M’a-dit Doum-bouillant. Tout ce qu’il sait, ce que le Doum-bouillant est un patriote qu’il va soutenir : «Beaucoup de gens ne connaissent pas encore qui est le Colonel Mamadi Doumbouya, vous aurez le temps de le découvrir. C’est un patriote convaincu qui veut le bonheur de la Guinée. C’est quelqu’un qui a décidé de se sacrifier pour réellement construire les bases d’une Guinée normale pour le futur. Nous avons échangé, nous avons une communauté de vu sur ce que doit être ce pays, je pense que cela a dû jouer, mais pour les détails, c’est à lui de répondre à la question. Ce que je puis vous dire, ce que je suis entièrement engagé et je lui apporterais tout mon soutien».

Sa mission à la tête de la Primature et de son gouvernement ?  Mohamed Béavogui : «Notre mission est simple et compliquée à la fois. Nous sommes en transition, nous ne sommes pas en période de développement, même si la ligne entre les deux frontières est très très fine. Notre rôle est de délivrer les résultats attendus par la Transition. Il y a d’une part un agenda politique, et de l’autre, un agenda de stabilisation et de construite de la base d’une administration publique qui travaille au service des citoyens, qui est juste et équitable. Les délivrables seront déclinés. Je voudrais appeler notre gouvernement futur, un gouvernement de délivrables qui seront clairs et précis.»

Un gouvernement de délivrable ? Qu’est-ce que c’est ? Mohamed Béavogui bégaie : «La Charte et le discours du président de la République du 2 octobre, déclinent exactement les objectifs de la transition et les délivrables seront les résultats qui permettent d’atteindre ces objectifs-là, à la satisfaction de chaque Guinéen où qu’il soit».

Le journaleux hasarde une question : Comment reconstruire le tissu social guinéen, bien que la Transition soit « courte », pour créer une véritable Nation ? «Je viens juste d’être nommé à ce poste. Vous me donnerez le temps de me préparer et de vous présenter à vous et à toute la Guinée le programme qui sera le nôtre (…) En attendant, il est certain que les grands axes qui ont été définis dans le discours programme du 2 octobre seront les délivrables principaux du Gouvernement, ce sont ces objectifs-là qui seront remplis. Chaque entité de l’Administration que nous allons mettre en place aura des délivrables précis. Ceux-là peuvent un, deux ou trois, pas plus, mais ils seront réalisés par la grâce de Dieu et avec l’assistance de tous les Guinéens.»

Les journaleux d’insister : Quelle pourrait être votre chantier prioritaire ? Le PM de répondre : «Mon chantier prioritaire sera celui qui a été défini dans la Charte et dans le Discours programme du 2 octobre, qui sont clairs et précis. Donc, il n’y a pas de confusion (…) Discutez-en avec les Nous voyons qu’il y a une adhésion à tout ce qui a été dit jusqu’à présent. Alors, mettons-nous au travail, chacun à sa place (…)»

Baïlo Diallo

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap