Le PM promet un dialogue pour la « bonne conduite de la Transition », mais dans le « respect de la séparation des pouvoirs »

5 days ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Par LEDJELY.COMmardi 20 septembre 2022 à 22:17

Après la création du « cadre de dialogue inclusif » via le décret du président de la Transition, publié ce lundi 19 septembre, le premier ministre a livré ce mardi un discours solennel pour donner le contenu et baliser les contours dudit dialogue. Précisant que le cadre entrerait en action dès la semaine prochaine, Dr. Bernard Goumou dit toute la volonté qu’il entend mettre pour remplir la mission à lui confiée par le colonel Mamadi Doumbouya. En retour, il appelle tout le monde à saisir l’occasion ainsi offerte.

« Désormais, il n’existe plus aucun obstacle pour que les Guinéens se parlent et décident ensemble de l’avenir de leur pays », assure le locataire du palais de la Colombe.  Pour Dr. Bernard Goumou, c’est une nouvelle page qui s’ouvre au Guinéens. Un nouveau chapitre devant permettre de « consolider les acquis des processus de concertation passés et (de) dégager le consensus le plus large possible sur l’ensemble des questions pendantes relatives à la bonne conduite de la transition ». Et il espère qu’entre Guinéens, « nous devons taire nos divergences pour regarder ensemble dans la même direction ».

Abordant les sujets sur lesquels devrait porter le dialogue en perspective, le chef du gouvernement dit que celui-ci devrait permettre de :

  • Trouver un consensus sur l’agenda du chronogramme de la transition soumis par le Gouvernement pour favoriser le retour à l’ordre constitutionnel ;
  • S’entendre sur les approches et les échéances de mise en œuvre des points d’action de l’Agenda ;
  • S’entendre sur des mesures de confiance durant la Transition tout en respectant les lois et règles qui régissent notre pays et le respect de la séparation des pouvoirs (Législatif, Exécutif, et Judicaire) ;
  • Établir un mécanisme de mise en œuvre des accords trouvés à l’issue de ce dialogue.

En d’autres termes, il n’est pas exclu que les conclusions du dialogue à venir puissent impacter et remettre en cause le chronogramme et la durée de la Transition qui semblaient avoir été adoptés pourtant. Une ligne rouge à ne pas franchir toutefois, prévient le premier ministre : les acteurs impliqués dans des procédures judiciaires ne doivent pas s’attendre à ce que les poursuites soient abandonnées au nom du dialogue.

Un message dont on peut penser qu’il s’adresse notamment à Cellou Dalein Diallo et aux anciens collaborateurs d’Alpha Condé dont Ibrahima Kassory Fofana, en détention depuis des mois à la Maison centrale, dans le cadre procédures ouvertes à leur encontre par la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF).

A coup sûr, ces derniers pourraient exiger qu’on leur donne des gages de l’indépendance de la justice. Un nouveau point de crispation en perspective donc !

Ledjely.com

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap