Le colonel Doumbouya appelé à ne pas s’inspirer de la junte malienne : ‘’C’est un mauvais exemple’’

1 week ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Lundi, au cours de la rencontre entre le ministre de l’administration du territoire  et les leaders des partis politiques, les sanctions de la Cedeao contre le Mali se sont invitées dans les débats. Le président de l’Alliance pour le renouveau national (ARN) a demandé au Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) d’éviter de suivre la voie de la junte malienne.

"

‘’Nous sommes tous interpellés par la paix en Guinée. Nous sommes appelés à veiller à ce que la paix règne dans notre pays. Nous nous rendons compte aujourd’hui que quand nous, acteurs politiques, parlons de la transition, les membres du CNRD estiment que c’est leur affaire à eux seuls. Ce qui n’est pas une réalité. Parce que nous devons passer de ce gouvernement à un autre. Nous parlons du passage du pouvoir de l’armée à celui des civils. Par conséquent, vous devez nous associer, nul n’est guinéen plus que l’autre’’, indique le président de l’Alliance pour le renouveau national.

A entendre Pépé Koulémou pour que la transition soit apaisée, ‘’il faudrait que nous prenions part. Parce qu’en Guinée, quand nous parlons de la chose politique, ça commence par le pouvoir. Le pouvoir que vous exercez aujourd’hui appartient au peuple de Guinée. Par conséquent, nous, acteurs de la classe politique, puisqu’après tout, c’est nous qui devons aller aux élections, c’est nous qui serons candidats, pourquoi nous écarter de cette transition, pourquoi nous négliger ?’’

‘’Quand on se retrouve, c’est pour vous dorloter. On ne va pas vous dorloter parce que la Guinée nous appartient tous. Nous devons parler de manière claire, comme le président aime à le dire. Vous devez nous prendre au sérieux. Dieu merci, la classe politique s’est retrouvée, il y a l’entente, l’harmonie qui s’installe entre nous’’, évoque l’ancien parlementaire.

‘’Etant soucieux de la paix dans notre pays, nous n’avons pas besoin de l’exemple malien.  Parce que, c’est le plus mauvais exemple. Lorsque les frontières sont fermées, croyez-moi, c’est le peuple qui va souffrir. Ce ne sont pas les membres du gouvernement qui sont en train de gérer la chose publique. Nous ne voulons pas de ce mauvais exemple en Guinée’’, indique-t-il au ministre Mory Condé de l’administration du territoire.

Salimatou BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 662 78 58 57/[email protected]

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap