La Chine commence à exploiter le potentiel de l’économie de basse altitude

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Par Yang Junfeng

Dans les montagnes gelées, de puissants drones s’affairent à dégager la glace des lignes à haute tension dans le ciel.

Sur de vastes étendues de champs de coton, des drones agricoles sont déployés méthodiquement pour recueillir des données en temps réel sur le sol et les cultures, aidant ainsi les agriculteurs à pratiquer une agriculture de précision.

Au milieu du chaos d’un incendie, des drones de lutte contre le feu projettent des colonnes d’eau à haute pression dans l’air, réussissant à maîtriser les flammes qui engloutissaient les étages supérieurs d’un bâtiment.

Sur un plateau de tournage animé, des drones descendent du ciel, capturant des scènes à couper le souffle avec des caméras haute définition.

A l’heure où les drones sont de plus en plus intégrés dans diverses industries en Chine, le concept d’économie de basse altitude gagne du terrain, responsabilisant d’innombrables secteurs et donnant naissance à des formes d’entreprise innovantes. Le terme « basse altitude » désigne généralement un espace aérien dont la distance verticale est inférieure à 1 000 mètres au-dessus du sol. En fonction des caractéristiques régionales et des besoins pratiques, cette distance peut atteindre 4 000 mètres.

En dynamisant le marché, en fournissant un soutien politique, en renforçant les capacités techniques et en promouvant un développement de haute qualité de l’industrie, la Chine exploite pleinement le potentiel de l’économie de basse altitude, permettant à l’industrie d’atteindre de nouveaux sommets.

Naguère, prendre un « taxi volant » ressemblait à une scène de film de science-fiction. Aujourd’hui, cela devient une réalité que les déplacements aériens peuvent mettre fin aux embouteillages aux heures de pointe.

Cette année, la gamme de services offerts par une entreprise de « taxis aériens » à Shenzhen, dans la province du Guangdong (sud de la Chine), continue de s’élargir. L’itinéraire de banlieue, reliant un centre international de congrès et d’expositions situé dans le district de Pingshan et le quartier central des affaires du district de Futian, a réduit le temps de trajet de 60 minutes au sol à seulement 13 minutes dans le ciel. À Hefei, capitale de la province de l’Anhui (est de la Chine), le premier véhicule aérien sans pilote (UAV), plus communément appelé drone, déployé commercialement au monde a effectué des vols réguliers dans le parc central de Luogang.

Les professionnels estiment que l’avenir de l’économie de basse altitude recèle un immense potentiel et que cette industrie peut être utilisée non seulement pour les systèmes de transport mais aussi pour les systèmes industriels. L’émergence d’un plus grand nombre de scénarios d’application donnera également naissance à de nouvelles chaînes industrielles. Les technologies avancées telles que la technologie numérique, la technologie intelligente et la technologie des jumeaux numériques peuvent toutes jouer un rôle important dans l’industrie à basse altitude.

Les entreprises chinoises ont déjà pris les devants dans l’économie de basse altitude.

En termes de part de marché mondiale et de capacités de production, les fabricants chinois de drones civils, représentés par DJI, sont déjà très compétitifs. DJI a acquis un avantage significatif dans des domaines tels que les commandes de vol, les systèmes à cardan, la transmission d’images et les systèmes d’imagerie auto-développés, avec une part de marché mondiale actuelle dépassant 70 %.

En 2023, l’industrie chinoise des drones civils a déclaré une production de 120 milliards de yuans (16,85 milliards de dollars), ce qui la classe au premier rang mondial, et ce chiffre devrait être encore plus élevé d’ici 2025.

Selon un récent livre blanc publié par l’Académie internationale de l’économie numérique (IDEA), la contribution globale de l’économie de basse altitude à l’économie nationale de la Chine atteindra entre 3 000 et 5 000 milliards de yuans d’ici 2025.

L’économie de basse altitude devient aussi une nouvelle voie pour de plus en plus de villes.

Ainsi, ces dernières années, dans le but stratégique de construire une « capitale des sports aéronautiques », Anyang, dans la province du Henan (centre de la Chine), a créé un parc industriel de drones, qui peut construire un drone complet avec un seul dessin de conception. Dans le parc industriel aéronautique de Wuhu, dans la province de l’Anhui (est de la Chine), un ensemble industriel comprenant près de 140 projets liés aux drones complets, aux moteurs, à la maintenance et aux opérations a été créé.

La province du Hunan, dans le centre de la Chine, la première province pilote du pays pour les vols à basse altitude dans toute la zone, vient de terminer la vérification des vols pour 97 routes aériennes à basse altitude à travers l’ensemble de la province. Celui-ci peut être considéré comme un manuel de vol de sécurité, sur la base duquel les drones peuvent voler partout où ils le souhaitent. À la station d’information de vol de Changsha, capitale de la province du Hunan (centre de la Chine), un grand écran affiche des informations en temps réel sur l’espace aérien de la province. L’ensemble de l’espace aérien à basse altitude du Hunan est divisé en 179 sections, et la surveillance en temps réel permet à la province de savoir quand et comment chaque section est disponible. Pour chaque plan de vol approuvé, une simulation rapide peut également être réalisée pour assurer la sécurité du vol en déterminant son itinéraire.

Ces dernières années, en mettant l’accent sur le développement de l’économie de basse altitude, la Chine a continuellement renforcé de multiples soutiens politiques tels que les politiques en matière d’espace aérien, économiques et industrielles, ce qui a favorisé les synergies entre la planification stratégique et les initiatives exploratoires locales.

Le 1er janvier 2024, un règlement intérimaire sur la gestion des drones a été mis en œuvre, qui vise le développement de l’économie de basse altitude.

He Tianxing, vice-président d’EHang, leader mondial des plates-formes technologiques de véhicules aériens autonomes basé à Guangzhou, dans la province du Guangdong, estime que la réglementation normalisera le vol et les activités associées des drones et fournira des garanties standardisées pour l’exploitation commerciale des drones, établissant ainsi une une base solide pour faire progresser la commercialisation et améliorer l’écosystème économique de basse altitude.

Articles similaires

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap