L’UE EMET DES DOUTES SUR LES RESULTATS DE LA CENI : des observateurs africains crient à l’ingérence étrangère

3 weeks ago 23

Accueil » L’UE EMET DES DOUTES SUR LES RESULTATS DE LA CENI : des observateurs africains crient à l’ingérence étrangère

La mission conjointe d’observation électorale de la diaspora africaine en Europe et du groupe Agir Europe-Afrique était à la maison commune des journalistes ce 5 novembre 2020. L’objectif, selon les conférenciers, s’insurger contre le communiqué de l’Union européenne qui émet des doutes sur la crédibilité des résultats de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier en Guinée, proclamés par la CENI qui donnent le président sortant, Alpha Condé, vainqueur dès le premier tour avec plus de 59% des voix, contre plus de 33% pour son principal adversaire, Cellou Dalein Diallo. Pour cette mission, la sortie de l’Union européenne n’est plus ni moins un mépris des organisations africaines et une immixtion dans les affaires intérieures d’un pays souverain.

A l’entame de son intervention, Jean-Claude Konan, le porte parole de la dite mission, s’est interrogé sur les raisons du contenu du communiqué publié par l’institution européenne. « Notre étonnement est encore plus grand lorsque nous constatons que l’Union européenne n’a envoyé aucune mission pour l’observation de ces élections et qu’en plus, la quasi-totalité des missions d’observation électorales internationales présentes sur le sol guinéen ont salué la bonne tenue de ces élections et n’ont relevé aucun élément susceptible de mettre en doute la crédibilité du scrutin », a-t-il assuré.

Continuant ses diatribes contre l’Union européenne, elle a estimé que cette institution s’est trompée de pays. « Cette déclaration de l’Union européenne est non seulement le fruit de sa volonté de dicter à la République de Guinée sa façon de gérer ses affaires internes et lui imposer son point de vue, mais aussi l’expression de son mépris et de son manque de considération vis-à-vis des institutions africaines et des organisations internationales », a ajouté le porte-parole de la mission conjointe.

Plus loin, il a estimé que que l’Union européenne ne détient ni l’exclusivité ni le monopole des critères d’observation d’une élection. « Ces critères font partis des standards internationaux qui sont utilisés par toutes les organisations internationales pour attester de la crédibilité du scrutin présidentiel du 18 octobre 2020 et des opérations post-électorales. C’est pourquoi nous condamnons avec la dernière énergie cette ingérence maladroite de l’Union européenne dans les affaires intérieures de la Guinée », a-t-il martelé.

« L’Afrique est aujourd’hui un continent mature avec des États souverains qui entendent assumer et défendre leur souveraineté. Et ce n’est pas le peuple de Guinée qui va se faire dicter la conduite de ses affaires intérieures, lui qui est et demeure symbole de la souveraineté africaine. Nous connaissons toute l’histoire », a conclu Jean-Claude Konan.

A noter que cette mission conjointe a officiellement présenté son rapport sur le scrutin du 18 octobre dernier hier mercredi. Un rapport définitif couvrant la période de la mise en place de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) jusqu’à la proclamation des résultats définitifs est attendu après l’arrêt de la Cour constitutionnelle, initialement prévu ce vendredi avant d’être reporté ultérieurement pour cause de COVID-19 au sein de l’institution.

Hawa Bah

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap