KASSONYAH : des femmes en colère contre la dégradation de la route

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Par Ledjely.commercredi 6 octobre 2021 à 11:58

Les femmes de la localité de Kassoyah un district situé dans la commune rurale de Maneah se sont mobilisées ce mardi 5 octobre 2021, pour dénoncer et exprimées leur colère suite à la dégradation avancée de la route qui mène dans leur localité. Ce district en pleine mutation, non loin du KM 36 a été toujours confronté à des difficultés d’accès.  

Dans la journée du mardi, les manifestantes ont barricadé la route tout en exigeant aux usagers (véhicules et motards ndlr) de se joindre à elles pour rétablir quelques travaux sur la voirie qu’elles avaient entrepris elles-mêmes. Ceux qui s’opposaient à la décision étaient contraint de rebrousser chemin au risque de se faire molester, « hier l’eau a envahi la voie au niveau du pont,  nous souffrons ici et encore pire pour les femmes enceintes. Il arrive que certaines femmes enceintes perdent leurs bébés à cause de la dégradation de la route. Nous souhaitons que le colonel nous aide. Donc, nous sommes là depuis le matin, nous demandons à ce que tous les habitants se joignent à nous pour rétablir la route, sinon, personne n’aura accès » explique Mamaissata Sylla, présidente des femmes de Kassonyah.

En raison du mauvais état de la route, les habitants de la localité sont obligés de payer 7.000 gnf pour le tronçon menant dans leur district, une situation inacceptable pour certaines, « nous payons 7.000 francs le transport entre le KM36 et Kassonyah. Les conducteurs de taxis refusent de baisser le prix du transport, mais s’ils continuent nous seront dans l’obligation de bloquer la route et personne n’y aura accès » explique M.T

Habitée depuis des années, la localité n’a jamais connu une couche de goudron malgré les appels à répétition à l’endroit des autorités guinéennes.

Selon des informations, le pont qui sépare la localité de Kassoyah et celle de Sonoyah avait cédé sous l’effet d’une forte pluie qui s’est soldé par des morts.

Elisabeth Zézé Guilavogui

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap