KANKAN : les autorités locales et l’UNICEF célèbrent la Journée internationale des droits de l’enfant

4 days ago 19

Comme chaque 20 novembre depuis 1989, l’humanité a célèbrée ce vendredi la Journée internationale de la convention des droits de l’enfant. Dans la préfecture de Kankan, une cérémonie a été organisée pour la circonstance par l’inspection régionale de l’Action sociale avec à l’appui de l’Agence des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF).

La cérémonie du 20 novembre de cette année qui a mobilisé les enfants venus des préfectures de la région, du village d’enfants SOS et d’autres structures de défense des droits des enfants s’est déroulée à la maison des jeunes Batomba de Kankan. Elle était placée sous la houlette des autorités locales, en tête le directeur de cabinet du gouvernorat et le représentant du sous bureau UNICEF Kankan.

« Nous profitons de cette journée pour exprimer à chacun que les enfants sont une partie intégrante de la société qui nous unit. Chacun de nous doit œuvrer dans la lutte contre les viols, les mariages précoces et surtout promouvoir les droits des enfants. C’est dans cette dynamique que notre gouvernement s’active et nous sommes fiers des jeunes filles leaders de la région », a déclaré Almamy Simbally.

En représentant l’agence onusienne à cette cérémonie, Mamadou Diallo, chargé de la protection enfance au sous bureau de Kankan, a mis l’accent sur la particularité du contexte de cette année. « Avec la pandémie du coronavirus, nos enfants travaillent plus sur les réseaux sociaux que d’habitude. L’innovation de cette année, c’est l’accent mis sur la paire éducation sur les réseaux sociaux afin d’éviter la propagation du COVID-19 », a-t-il expliqué avant d’inviter les parents à travailler d’arrache-pied dans l’éducation de leurs enfants. « Chaque parent doit accentuer l’éducation parentale des enfants. Chacun doit veiller à la protection de son enfant en ne démissionnant pas dans leur éducation. Et nos autorités doivent œuvrer pour le respect des droits de l’enfant », a ajouté M. Diallo.

Satisfaites de cette célébration, Fanta Camara et Ballarissa Camara, respectivement présidente des antennes du Club des jeunes filles leaders de Kankan et de Siguiri n’ont cependant pas manqué de signaler que leur combat est loin d’être gagné. « Beaucoup de filles sont victimes de violences, de mariages précoces et autres droits piétinés. Nous mènerons jusqu’au bout ce combat car il est noble et exaltant. Au même moment où nous menons le combat pour le respect de nos droits, nous invitons nos amis enfants à jouer nos devoirs », ont-elles lancé.

La cérémonie a pris fin par des échanges autour des droits et devoirs des enfants et une rencontre sportive dans l’enceinte du siège local du Système des Nations-Unies à Dalako, dans la commune urbaine de Kankan.

Michel Yaradouno, Kankan pour Ledjely.com

Lire L Article En Entier