KANKAN : Deux présumés coupeurs de route mis aux arrêts

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Par LEDJELY.COMmercredi 25 janvier 2023 à 12:42

Accusés d’être à la base des troubles qui perturbent le sommeil des citoyens du quartier Senkefara 2, Kalou Traoré et Demba Condé viennent de tomber dans les filets des agents de la sûreté régionale de Kankan. Ils ont été présentés dans la matinée de ce mardi à la presse locale. 

Tous deux sont âgés de moins de trente-cinq ans, exercent des activités notamment la tapisserie et la mécanique. Accusés de sévir contre les passagers et les chauffeurs auxquels ils s’attaqueraient et dépouilleraient le long de certains axes routiers, ils ont été mis aux arrêts à la suite d’une énième tentative de vol de moto le week-end dernier au quartier Senkefara 2. Le concours des chasseurs traditionnels a permis aux agents de la sûreté de les arrêter. Reconnaissant les faits, Dembo Condé relate la stratégie utilisée la semaine dernière. « Le vendredi passé, alors qu’on quittait le quartier Missiran, mon ami a aperçu une fille sur la moto de marque Néo. Il m’a dit d’aller vers elle et lui arracher sa moto. Je lui ai dit que je ne suis pas habitué à voler mais il m’a encouragé à aller. On est partis et arrivés au niveau de la fille, il a demandé le contact de cette dernière, elle a refusé de le lui donner. Quelques minutes après, il a intimé à la fille de descendre de la moto, menaces à l’appui. La fille a eu peur et est descendue de la moto. C’était la deuxième attaque que j’ai opérée avec lui. Notre mode opératoire consiste à faire descendre les gens de leurs engins ou à prendre des engins à l’insu des propriétaires ».

Suspecté d’avoir assassiné Oumar Keira, activiste de la société civile tué dans ce même quartier le mois passé, le patron du gang, Kalou Traoré se défend : « Je connaissais très bien Keira. C’est près de mon garage qu’il venait faire ses soudures. Le jour de son assassinat, j’étais avec des gens quand j’ai vu deux motards à vive allure passés. Et quand ils nous ont dépassé, j’ai eu l’intuition que ces gens viennent de faire une opération. Je ne suis ni de près, ni de loin mêlé à l’assassinat de ce jeune. Il y a même un de ses amis qui peut le témoigner ».

En attendant d’y voir clair dans cette affaire, ces deux présumés bandits croupissent dans les geôles de la sûreté régionale de Kankan.

Michel Yaradouno, Kankan pour ledjely.com 

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap